Les aléas des changements climatiques sur la côte québécoise

Écrit par

L’élévation du niveau de la mer causée par les changements climatiques met en péril plusieurs villes et pays insulaires dans le monde. Mais quelle est la situation au Québec? Intercom Magazine s’est entretenu avec Louise Quintin, relationniste au ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire et du ministère de la Sécurité publique.

Intercom : Est-ce qu’il y a eu une augmentation des débordements, inondations et bris causés par les eaux maritimes dans les dernières années?
Louise Quintin : Depuis le début des années 2000, en raison notamment des changements climatiques, on note une augmentation des problématiques d’érosion côtière lors de tempêtes hivernales qui cause des déferlements de vague sur la côte Est du Québec qui n’est plus protégée par un couvert de glace qui se forme tardivement l’hiver.

Il est possible de consulter l’historique des événements sur Données Québec.

I : Quels sont les dommages les plus fréquents reliés à ces sinistres (déplacements de maisons, bris de routes, etc.)?
LQ : Les dommages les plus fréquents sont la perte de terrain, les dommages aux ouvrages de protection des berges, aux résidences principales, aux entreprises de même qu’aux infrastructures municipales, telles les routes, les canalisations d’aqueducs et d’égouts.
I : Quelles sont les mesures mises en place par le ministère de la Sécurité publique (MSP) pour accompagner ou aider les sinistrés?
LQ : Lors de sinistres, le ministère de la Sécurité publique (MSP), par l’intermédiaire de sa Direction régionale de la sécurité civile et de la sécurité incendie, apporte son soutien et sa collaboration aux municipalités touchées. Ces actions portent sur la prévention, l’intervention, l’information et le rétablissement.
À la suite d’un sinistre, le MSP offre son soutien aux autorités municipales concernées dans les diverses demandes de rétablissement et de prévention.
Par ailleurs, si un sinistre correspond aux critères d’admissibilité du Programme général d’aide financière lors de sinistres réels ou imminents, le MSP a le pouvoir de le mettre en œuvre.
Le Programme général d’aide financière lors de sinistres réels ou imminents vise à soutenir les municipalités, leurs citoyens et les entreprises qui ont été victimes d’un sinistre ainsi que les organismes ayant prêté aide et assistance lors d’un sinistre. Ce programme gouvernemental constitue une aide de dernier recours, notamment pour réparer certains dommages aux résidences principales et aux infrastructures municipales essentielles qui ne peuvent être couverts par une assurance. De plus, ce programme couvre les dépenses additionnelles aux dépenses courantes déboursées par les municipalités pour le déploiement de mesures préventives temporaires, de mesures d’intervention ou de mesures de rétablissement.
Une entente peut être prise avec les municipalités désignées par le Programme pour que des séances d’information publiques y soient données par le MSP afin d’informer les citoyens sinistrés sur le programme d’aide financière et sur les étapes à suivre pour faire une réclamation. Des bureaux temporaires d’aide financière peuvent également être mis en place avec les municipalités pour les citoyens sinistrés ayant besoin de soutien dans leur réclamation.
I : S’il y a une augmentation de ces sinistres, comment pouvons-nous expliquer ce phénomène?
LQ : L’augmentation des problématiques liées à ces sinistres est liée à l’élévation des niveaux marins et l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des tempêtes.
L’absence du couvert de glace est l’élément qui a le plus d’impact sur les conséquences des événements de tempête hivernale associés à de grandes marées. La glace offre une protection naturelle pour les côtes et ses infrastructures en hiver, notamment en agissant comme barrière empêchant les vagues fortes de déferler sur la côte durant les tempêtes. Or, le couvert de glace a tendance, depuis quelques décennies, à se former de plus en plus tardivement au début de l’hiver et à se disloquer facilement (glace moins épaisse) lorsque les températures sont au-dessus du point de congélation.

I : Est-ce qu’il y a des mesures mises en place pour aménager les berges différemment et ainsi, réduire les sinistres causés par les eaux maritimes?
LQ : Plusieurs mesures de prévention sont mises en place visant une réduction des impacts des aléas se manifestant en milieux côtiers.
D’abord, il y a des mesures visant la sensibilisation de la population riveraine aux impacts négatifs causés par des interventions inappropriées sur la côte et aux bienfaits de son maintien à l’état naturel.
Des cartographies de zones de contraintes à l’aménagement du territoire relatives aux aléas côtiers sont également produites. Elles sont accompagnées d’un cadre normatif qui permet le contrôle de l’utilisation du sol près des côtes. Celui-ci permet également une gestion des mesures de protection pouvant être installées sur la côte.
Enfin, des travaux permettent une évaluation des impacts des différents ouvrages de protection et proposent des ouvrages mieux adaptés selon l’environnement côtier concerné. Par exemple, la recharge de plage est de plus en plus favorisée pour régénérer la dynamique naturelle des milieux côtiers.


Crédit photo de l’image de couverture : Camille Tremblay-Antoine

Texte révisé par : Bertrand Kanga

Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *