Astérix et Obélix : On s’attendait à plus

Écrit par

C’est dans une mise en scène modeste, mais respectueuse de l’œuvre de Goscinny et d’Uderzo que les acteurs évoluent à travers cet univers de BD. La nouvelle aventure cinématographique d’Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté, est en salle depuis vendredi 22 février.

C’est dans une quête sur l’île de Britania que se lancent les deux héros Gaulois. César (Luchini) tente d’envahir la Bretagne. La reine Calédonia (Deneuve) charge Jolithorax (Galienne) d’aller quérir un tonneau de potion magique. Astérix (Baer) et Obélix (Depardieu) accompagnent donc Jolithorax jusqu’en Bretagne afin que le tonneau se rende à bon port. Ils amènent avec eux le neveu du chef du village des Gaulois, Goudurix (Lacoste), un jeune prétentieux désirant devenirartiste. Les deux héros doivent en faire un homme, ce qui n’est pas tâche facile avec ses allures de Roméo à la cithare du jeune homme qui laisse paraître toutes ces émotions.

Deux grands défis étaient à relever pour ce nouveau tome de la série. Le premier était de réussir à réduire l’échec du dernier film : Astérix aux Jeux olympiques. Ils y sont parvenus en grande partie. Au service de Sa Majesté est ludique et fait rire avec ses clins d’œil culturels de la France et de l’Angleterre. Les stéréotypes des Anglais sont à l’honneur. Les Bretons sont coincés, leur accent distingué résonne à travers la salle de cinéma et ils prennent soin de boire leur eau chaude chaque jour à 17 h précise. Les maisons recouvertes d’herbe et les vêtements à l’écossaise aident aussi à nous immerger dans le monde des Bretons. Cependant, ce film ne contient pas d’artifice, il se déroule dans le respect de l’œuvre sans nous impressionner.

Le réalisateur, Laurent Tirard, devait aussi fusionner deux tomes d’Astérix et Obélix, dans un même film, soit Astérix chez les Bretons et Astérix et les Normands. Ce second défi n’a pas été très concluant. Le lien entre les deux histoires est flou et difficile à comprendre. C’est un peu tiré par les cheveux et la présence des Normands n’alimente en rien l’aventure chez les Bretons, si ce n’est une scène spectaculaire de ces durs à cuire qui sautent d’une falaise pour essayer de voler.

Ce quatrième film de la saga est gentil, fait sourire et égaye bien une petite soirée tranquille, mais il n’arrive pas à la cheville d’Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre. C’est à se demander si nous retrouverons la qualité et les fous rires incontrôlables que nous a inspirés cette deuxième aventure.

Avec : Edouard Baer, Gérard Depardieu, Guillaume Galienne, Vincent Lacoste, Fabrice Luchini, Catherine Deneuve et Charlotte Le Bon.

 

Par Geneviève Messier

Catégorie de l'article:
CULTURE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *