Black Tribute: Un hommage à la culture des Noirs

Écrit par

Le Drague Cabaret Club à Québec présentait pour la première fois, le 8 février dernier, le spectacle Black Tribute faisant hommage aux Noirs dans le cadre du Mois des Noirs qui se déroule tout au long du mois de février. Mettant en vedette drag queens et danseurs issus uniquement de la communauté noire, ce spectacle, créé et animé par Marlot et sa coanimatrice Barbada, rendait hommage à sa propre culture artistique. Selon lui, c’était l’occasion exceptionnelle de reconnaître la part de contribution de cette communauté dans la culture québécoise et de la partager avec fierté.

Invitée dans les coulisses pour rencontrer les artistes et les organisateurs du spectacle, j’y ai découvert une troupe d’artistes issus de la communauté noire, tous différents, mais unis pour une cause qui les touchent beaucoup. Pour Marlot, l’importance de faire encore de nos jours un spectacle comme celui-ci, nait d’un désir de reconnaissance. Tout le monde peut célébrer la culture africaine. Il faut en parler, la comprendre et la valoriser en tant qu’humains. À ce propos, il ajoute : « Dans un climat politique où les gens se font dire de retourner dans leur pays avec le refus des demandes d’immigration dernièrement au gouvernement, ça devient encore plus pertinent de montrer qu’on est là, qu’on existe et qu’on est aussi québécois ». Parmi les paillettes, les costumes et le maquillage, les organisateurs promettaient une belle soirée dans laquelle un message empreint de fierté et de reconnaissance serait véhiculé. Le poème « Still I Rise » de Maya Angelou, cette activiste qui a travaillé à l’avancement des droits de la communauté noire, introduit le spectacle.

La scène s’allume. C’est dans un cabaret bondé que se sont données en prestation des artistes issues de la communauté noire, dont les pétillantes drag queens Aizis, Océane et Barbada, la gagnante de Miss fierté Canada 2018. À cette distribution s’ajoutent l’artiste danseuse burlesque Lexxie Brown, la danseuse professionnelle Aicha et sa cousine Marie-Lou Bastien. Les rythmes des années 1990 jusqu’à ceux plus récents de Beyoncé, Chris Brown, Akon et Drake se succèdent. Les artistes dansent et rappellent aux spectateurs la présence et l’implication des Noirs dans l’univers culturel artistique. Marlot, qui n’est pas une dragqueen, se prête au jeu en essayant de marcher et danser avec des talons hauts sur Rollin on the river pour satisfaire et faire rire le public.

L’énergie et la passion que transmettent ces artistes expriment bien toute l’importance qu’ils donnent à la mission du spectacle. Rencontrée à la fin, la pétillante Barbada, satisfaite, mentionne : « Ici, à Québec, même si j’ai déjà fait des spectacles du même genre ailleurs, il y a eu ici ce soir, une énergie, une vibe différente que je n’ai pas trouvée ailleurs. C’est beaucoup de travail! J’ai chaud, mais je suis contente! »

Les fonds amassés lors de la soirée serviront à financer le projet d’un orphelinat au Bénin. Cela fait quelques années que Marlot, l’un des membres du comité d’administration et sa famille ont l’orphelinat. Cependant, le projet avance lentement puisqu’ils sont tous impliqués bénévolement. Avec l’argent récolté, le comité vise à développer le côté 2.0 de l’orphelinat (site web, réseaux sociaux, financement mobile).

Black Tribute n’est pas un spectacle politique. Toutefois, il y résonne une trame de fond, soit que chacun est à sa place ici au Canada. Marlot disait que « le fait de bâtir des ponts entre les cultures aiderait à éviter d’autres situations où les gens se feront dire de retourner dans leur pays ». Il désire montrer que cette communauté existe, qu’elle veut construire et faire partie du paysage canadien.

« T’as pas besoin d’être black pour faire preuve de compréhension, pour célébrer la culture africaine! Ce n’est pas parce que je suis black, c’est parce que je suis humaine », disait Aicha, la danseuse professionnelle. Affirmatif. Pour ma part, j’ai appréciée cette soirée au message inspirant. Elle était hors du commun, dans la diversité et à l’image de la communauté noire.

Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ · CULTURE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *