Course à la chefferie du Parti québécois

Écrit par

Si la majorité des sondages donne déjà la victoire à Pierre Karl Péladeau, il n’en reste pas moins que quatre autres candidats aux idées novatrices concourent également. Cette compétition mènera à la nomination du prochain chef du parti, le 15 mai, ou si aucun candidat ne recueille 50 % +1 des votes exprimés, lors du deuxième tour qui se terminera le 22 mai. Je vous dresse un portrait de ces cinq politiciens afin de vous orienter dans votre choix.

 

Pierre Céré

Seul candidat non élu, Pierre Céré souhaite que le Parti québécois revienne à ses racines progressistes, qu’il soit plus à gauche. Il se concentre sur l’économie et des emplois suivant le modèle du développement durable. En matière d’emploi, il veut réviser le Code du travail et la Loi sur la santé et la sécurité au travail. Il désire développer le réseau des CPE, améliorer les politiques en matière de logement pour les plus démunis et les jeunes familles, améliorer l’accès à la justice, mettre fin à notre dépendance au pétrole, investir pour les écoles en milieu défavorisé, nationaliser la distribution d’Internet et développer l’agriculture afin d’obtenir une souveraineté alimentaire. Son programme complet est disponible ici.

Alexandre Cloutier

Député de Lac-Saint-Jean depuis 2007 et ancien ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes, à la Francophonie canadienne et à la Gouvernance souverainiste, Alexandre Cloutier se situe en deuxième place dans cette course. Il peut compter sur l’appui de trois anciens ministres et de quatre députés, dont Léo Bureau-Blouin. Avec l’aide de Véronique Hivon, il travaille sur le rassemblement des forces souverainistes. Très préoccupé par l’éducation, il a fait treize propositions à ce sujet, et ce, avec seulement un demi-milliard. Il souhaite, entre autres, offrir davantage de formation continue aux enseignants, encourager la persévérance scolaire, améliorer l’aide financière aux études et créer des bourses de mobilité étudiante collégiale pour favoriser l’occupation des cégeps en région. De plus, il aspire à assainir les débats politiques, à implanter un mode de scrutin proportionnel mixte, à prendre le virage de l’économie numérique, à combattre la concurrence déloyale des entreprises étrangères en réinvestissant dans l’économie, à électrifier le transport et à développer les régions autrement. Pour toutes ses propositions, vous pouvez cliquer ici.

Bernard Drainville

Celui qui est connu pour sa charte de la laïcité se situe en troisième place dans cette course. Il est député de Marie-Victorin depuis 2007 et il a été ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne de 2012 à 2014. Il est journaliste de profession. Ce candidat désire faciliter l’intégration des nouveaux arrivants, obtenir la laïcité, développer une culture de l’entrepreneuriat, faire du Québec l’économie la plus prospère et la plus verte des Amériques, mettre fin à notre dépendance au pétrole, ouvrir des cliniques d’infirmières, élargir le consentement pour le don d’organes, donner plus de pouvoir aux citoyens, lancer une politique de soutien à l’économie et augmenter la redevance des grands utilisateurs d’eau. Toutes les idées et propositions de Bernard Drainville sont disponibles ici.

Martine Ouellet

Ministre des Ressources naturelles sous le gouvernement de Pauline Marois, Martine Ouellet est la seule femme à se présenter dans cette course à la chefferie. Elle met en priorité le système de santé. Pour ce faire, elle offre d’ouvrir les CLSC 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 afin de désengorger les urgences, d’encourager le maintien à domicile des personnes âgées, d’arrêter la privatisation du système, de créer un seul régime d’assurance médicaments universel et de faire de la prévention en adoptant une politique nationale du sport. La candidate propose également de reconnaître le droit de grève des étudiants, de réaliser l’indépendance lors d’un premier mandat, de mettre fin aux hausses de tarifs d’électricité liées aux producteurs privés, d’investir davantage en matériel spécialisé à la formation professionnelle, de conserver les techniques exclusives dans les cégeps et d’offrir le transport collectif gratuit aux étudiants universitaires. Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre ici.

Pierre Karl Péladeau

Député depuis 2014, Pierre Karl Péladeau est surtout connu pour avoir été à la tête de l’empire Québécor. Malgré quelques bourdes, les sondages le placent en première position de la course. C’est aussi lui qui a le plus grand nombre d’appuis. Son programme se base sur trois points : la souveraineté, l’économie et la transition énergétique. Pour ce faire, il propose d’accélérer la lutte à l’évasion fiscale et aux paradis fiscaux, d’électrifier les transports, de définir les bases d’une économie de partenaires, d’encourager l’industrie manufacturière, d’obtenir notre indépendance énergétique et de créer un Fonds exceptionnel d’urgence québécois financé par les entreprises afin d’éviter de se retrouver dans une situation comme celle de Lac-Mégantic.

Image couverture 

De gauche à droite : Pierre Karl Péladeau, Alexandre Cloutier, Martine Ouellet, Bernard Drainville et Pierre Céré

Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *