CRTC et Gesca : le monde des médias se transforme

Écrit par

Des nouvelles majeures ont frappé le domaine des communications durant le mois de mars.

D’abord, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a annoncé l’abolition de quotas sur le contenu canadien présenté avant 18 h. Il a ensuite pris la décision d’obliger les entreprises de câble et de satellite à offrir à leurs clients la possibilité de choisir les canaux à la carte ou en groupe. Finalement, Gesca a annoncé la vente de tous ses quotidiens régionaux, sauf La Presse. Voyons ce que cela implique en profondeur.

Attardons-nous d’abord aux quotas. Il est bien connu que le CRTC assure une visibilité pour les émissions canadiennes, et ce, surtout durant les heures de grande écoute. Cependant, depuis cette récente abolition, les chaînes de télévision canadiennes ne sont plus tenues de diffuser 55 % de contenu canadien avant 18 h. Le quota sur les heures de grande écoute, entre 18 h et 23 h, est pour sa part maintenu à 50 %. De plus, les chaînes spécialisées sont dorénavant touchées par un quota uniformisé, encore une fois par rapport au contenu canadien. Les chaînes comme RDS et MusiquePlus doivent présenter une programmation canadienne à 35 %. Dans le passé, les exigences variaient entre 15 % et 85 %, tout dépendant du diffuseur.

Ensuite, les canaux à la carte subissent eux aussi quelques changements. Bonne nouvelle pour les consommateurs, les entreprises seront dorénavant forcées d’offrir l’option de choisir leurs canaux à la carte ou en groupe. Le forfait de base ne devra pas dépasser 25 $ et inclura toutes les stations régionales et locales, les chaînes communautaires et éducatives, ainsi que les canaux d’intérêts publics. Ces changements seront mis en œuvre d’ici décembre 2016. Cette décision du CRTC permettra aux abonnés plus de flexibilité dans le choix des chaînes, mais elle s’avère désavantageuse pour les chaînes spécialisées. On parle ici d’un grand risque de perte d’abonnements et même de risque de disparition de chaînes du côté anglophone. Le CRTC réplique en disant que les entreprises disposent de suffisamment de temps pour adapter leurs stratégies. Les impacts restent à voir.

Pour couronner le tout, le monde de la presse écrite a également ressenti quelques secousses. Gesca, affilié à Power Corporation, a annoncé plus tôt ce mois-ci la vente de ses six quotidiens régionaux. Le Nouvelliste, Le Droit, Le Soleil, La Tribune, Le Quotidien et La Voix de l’Est sont tombés aux mains du Groupe Capitales Médias, un nouveau joueur dans l’industrie. Ce groupe est dirigé par Martin Cauchon, ancien ministre libéral et homme d’affaires. Il est connu que l’industrie de la presse écrite subit de nombreuses compressions en ce moment, il sera donc intéressant de voir ce que le nouveau propriétaire nous réserve pour la suite. De passage à l’émission Tout le monde en parle, celui-ci s’est montré plutôt discret et prudent par rapport à ses projets futurs. L’entrevue complète est disponible sur le site tou.tv, c’est à ne pas manquer!

Image couverture

Catégorie de l'article:
COMMUNICATION

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *