La culture générale en journalisme

Écrit par
générale

Les professeurs de journalisme répètent souvent la même chose : pour être un bon journaliste, il faut avoir une bonne culture générale… Toutefois, aucun consensus n’a été fait afin d’énoncer une définition précise de la culture générale.

Dans son livre Liliane est au lycée, Normand Baillargeon décrit la culture générale comme un outil qui « enrichit […] notre connaissance du monde en même temps que le vocabulaire dont nous disposons pour le décrire. » Bien qu’elle soit très intéressante, il est important de se demander si cette définition ressemble à celle des professeurs de journalisme. Afin de le vérifier, j’ai rencontré trois enseignants du Département d’information et de communication de l’Université Laval qui ont accepté de se prononcer sur le sujet.

Qu’est-ce que l’on entend par « culture générale »?

Depuis plusieurs années et particulièrement avec l’arrivée d’Internet, les journalistes, tout comme les citoyens, sont envahis par une incroyable quantité d’informations et de messages. En consultant toutes ces informations, ils sélectionnent les connaissances qu’ils considèrent comme intéressantes ou qui les interpellent. Selon Thierry Watine, professeur titulaire du cours Initiation au journalisme écrit, la culture générale se résume à cette démarche de sélection : « la culture générale, c’est ce qui reste quand on a tout oublié. » M. Watine explique que toutes les connaissances gardées en mémoire après avoir consulté les sites d’information sont ce qui englobent la culture générale. Pour Colette Brin, professeure titulaire, entre autres, du cours Collecte de l’information, la culture générale « fait partie d’une éducation de base ». Il s’agit donc de l’ensemble des connaissances présentées aux citoyens lors de leur scolarisation. En somme, la culture générale c’est le rassemblement de toutes les informations captées ou choisies par le citoyen, informations qui lui serviront à mieux comprendre le monde qui l’entoure.

générale

Crédit photo : Jason Joly

La culture des journalistes

Les journalistes sont aussi confrontés à des dizaines de nouvelles et de messages chaque jour. Comme tout citoyen, ils se doivent de s’informer sur une multitude de sujets, mais le développement de leur culture générale est un peu différent. En effet, Madame Brin explique qu’ « en journalisme, on demande […] des connaissances plus poussées dans différents domaines. De ce fait, plutôt que de trier l’information selon ce qu’ils considèrent comme importants, le journaliste doit tenter d’acquérir l’entièreté des connaissances sur le sujet en question afin de l’aborder aisément. Si le journaliste s’informe très profondément sur son sujet, il parviendra à comprendre les termes, les causes, les conséquences, bref tous les détails de l’objet de recherche. Valérie Borde, chargée de cours à l’Université Laval ainsi que journaliste pour le magazine l’Actualité, définit la culture générale comme « ce qui va replacer dans son contexte les sujets dont on traite. » Connaitre un thème en surface n’est pas suffisant. La culture générale sert à donc à connaitre tout ce qui entoure l’évènement étudié, soit son contexte historique, économique, etc.

Pour conclure, la culture générale en journalisme englobe toutes les connaissances récoltées par le journaliste. Ce dernier doit s’informer sur l’actualité, mais, comme le dit Thierry Watine, « un journalisme doit s’intéresser sur tout. » Il est important pour un journaliste d’acquérir des connaissances poussées dans tous les thèmes et de s’intéresser aux contextes des sujets qu’il aborde. Cette culture lui permettra d’être à l’aise lors de la couverture d’une nouvelle et l’aidera, comme le dit Mme Brin, « à poser les bonnes questions. »


Crédit photo de l’image de couverture : Jason Joly

Texte révisé par : Malika Schneider

Catégorie de l'article:
COMMUNICATION

Commentaire

  • Une chance, on pourra toujours compter sur TVA Nouvelles pour nous culturer!

    JF Coutu 28 février 2017 13:41 Répondre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *