Démonstration du talent de la relève des beatmakers de Québec

Écrit par

Le concept de duel n’est pas nouveau dans le milieu du rap/hip-hop. Vous connaissez peut-être les WordUP!Battles ou encore End of the weak. Mais un affrontement entre beatmakers, alors là, on jase. Pendant la nuit du dernier vendredi de 2018, 15 beats-faiseurs ont tentés d’impressionner la foule, mais surtout le panel des juges (composé de Duff, Trinh Cartier et Tommy Kruise).

 Une nouvelle salle près du Méduse fût aménagée spécialement pour l’événement. Suite à un départ tardif, des doutes sur le succès de la soirée auraient pu s’immiscer dans la tête du public. Cela dit, croyez-moi, ce fût une véritable réussite. White Fatigue a introduit la soirée avec un mix des meilleures chansons de l’année provenant autant des États-Unis, de l’Europe ou même de Montréal. Une fois l’endroit rempli et surtout l’ambiance bien allumée, Wesbroom prit la parole pour que la compétition s’entame. On a alors pu assister à une démonstration du talent de la relève des beatmakers de Québec qui nous proposa des instrumentaux de tous les types. Certains sons semblaient prêts pour les clubs, tandis que d’autres sortaient tout droit de la street. Le grand gagnant de cette compétition fût Nerdish, mais d’autres noms ont fait réagir fortement la foule et les juges. Le finaliste Leo made some lemonade, ainsi que les autres participants, Pro.douceur, Lewis Dice et Madeonmars méritent d’ailleurs leur mention spéciale. Bangsta est aussi un nom qui restera dans la tête des gens suite à la soirée.

En format de 1 contre 1, chaque participant faisait entendre deux de leurs beats (d’une minute) à chaque ronde. Suite à des encouragements de la foule, les juges devaient trancher en choisissant leur camp. Plusieurs prix de présence furent donner pendant la soirée et les finalistes sont repartis avec leur clavier AKAI (équipement technique professionnel à utiliser avec les logiciels de beatmaking) respectif.

L’événement s’est terminé aux petites heures du matin par un court discours de Tommy Kruise. Très fier de chaque beatmakers, il affirma que la scène underground de Québec mérite un plus grand rayonnement, notamment par les médias locaux.

Un merci bien particulier à Velozo pour l’idée et l’organisation de cette soirée, une victoire pour la culture émergente !

Crédit photo : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10157121622718463&set=gm.2051298365130696&type=3&theater

 

Catégorie de l'article:
CULTURE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *