Des examens de la vue pour les élèves de maternelle

Écrit par

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, offre 15 millions de dollars sur une période de trois ans à la Fondation des maladies de l’oeil. Cet argent sera utilisé pour dépister ces maladies chez les enfants entrant à la maternelle. Par contre, les optométristes n’ont pas été consultés au préalable. Dr Nicolas Brunet de la clinique Visique explique son opinion sur la situation.

Les examens de la vue débuteront dès l’automne 2019. Ils seront proposés à travers toute la province. Environ 80% des enfants n’ont pas eu de dépistage des déficiences visuelles avant leur rentrée scolaire. Le 20% restant est surtout composé d’enfants de parents myopes. Ces derniers sont déjà sensibilisés aux troubles de la vue. Un des objectifs de la nouvelle politique est de sensibiliser les parents aux troubles visuels. Comme l’explique Dr. Brunet, si on attrape la maladie assez tôt, il est possible « d’entraîner l’oeil ». Ainsi, certains troubles de la vue, par exemple l’hypermétropie, peuvent devenir moins graves. Il précise que les enfants qui viennent le consulter plus tard dans leur parcours scolaire ont des troubles d’apprentissage à cause de leur vue. En les dépistant plus tôt, il serait possible de mieux les aider. Ils pourront alors mieux performer à l’école.

La nouvelle politique consiste à envoyer des professionnels dans les écoles pour faire passer aux élèves un examen de la vue sommaire. Les enfants avec des troubles visuels seront redirigés par la suite vers des cliniques. Par contre, cela pourrait mêler les parents. Dr. Brunet dit que c’est une mauvaise information qui fait en sorte que les enfants viennent si peu en clinique. Il pense que les ressources seraient mieux employées avec des campagnes de prévention qu’en déployant du personnel pour faire un court dépistage à la grandeur de la province. Cela pourrait confondre les parents qui croiraient que leur enfant a reçu une évaluation complète de sa vision. Ils ne donneraient alors pas de suite au test sommaire, à tort.

Trop d’inconnus

Étant donné que l’Association des optométristes du Québec n’a pas été consultée au sujet du projet, il n’y a pas de concret pour l’instant. En effet, l’AOQ l’a appris en même temps que la population québécoise. Ainsi, il n’est pas décidé qui ira dans les écoles. Des infirmiers, des optométristes, des conférenciers : qui se déplacera? Rien n’est encore décidé. Selon le Dr Brunet, il faut « la bonne personne à la bonne place ». Ce n’est pas tous les optométristes qui ont le temps de se déplacer pour voir des élèves. Le feront-ils sur leur temps personnel ? Comment se déplaceront-ils ? Qu’en est-il des écoles en région ? Il faut du matériel encombrant pour réaliser un examen de la vue complet. Qu’est-ce qui sera utilisé ? Dans quelles conditions les tests de la vue auront-ils lieu ? Est-ce que ça se passera dans le gymnase ?

Nicolas Brunet n’est pas sûr que le financement accordé à la Fondation des maladies de l’oeil se poursuivra. Cela dépendra du gouvernement. Il y a trop de questions et pas assez de réponses, surtout que la nouvelle politique doit s’appliquer dès la prochaine rentrée scolaire.

Crédit photo : clinique Visique

Source:

https://www.lesoleil.com/actualite/sante/des-examens-de-la-vue-dorenavant-offerts-a-tous-les-eleves-de-maternelle-44e1e7620f688e9c5b5c9c66ec94f572

Catégorie de l'article:
IDÉES

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *