Les pieds dans le vide

Écrit par

Je n’ai jamais été la fille qui prenait des risques et qui vivait à 100 miles à l’heure. J’étais celle qui aimait le confort de ma routine, de mon chez-moi et qui ne se trempait pas trop les pieds dans l’inconnu. Il n’y a rien de mal à être confortable, j’en suis toujours une fervente amatrice. Mais c’est à 16 000 kilomètres de mon confort que j’ai compris que l’instabilité valait la peine d’être vécue.

Nouveaux repères, nouveaux amis, nouvelle vie. À chaque coin de rue, je vois de nouveaux visages que je ne recroiserai probablement jamais. Une grande ville comme Sydney, ça donne le vertige. Tout va tellement rapidement, il y a toujours quelque chose qui se passe, c’est bruyant, c’est vivant. Dans cette grande tourmente qui n’arrête jamais, c’est plus difficile d’y trouver sa place. À l’autre bout du monde, il n’y a personne pour te dire qui tu es censé être, personne pour te rappeler comment tu étais avant.

Habiter loin de mon confort m’a donné une envie grandissante d’apprendre. Tous les jours, j’ai envie de voir, de découvrir, de rencontrer. J’ai envie que certaines questions demeurent sans réponse, quelque chose de tout nouveau pour moi. J’ai envie de prendre des initiatives et d’avoir le plein contrôle sur ce que je vis. Les endroits que je visite et les gens que je rencontre m’en apprennent un peu plus sur le monde et sur qui je suis. Il est difficile de mettre des mots sur cette curiosité, mais c’est ce qui fait la beauté de l’expérience.

Il n’y a pas une journée qui passe où je ne me sens pas reconnaissante d’avoir pu faire ce grand saut. Même si ça ne fait que deux semaines que j’ai quitté le Québec, je sens qu’il y a quelque chose en moi qui est différent. Être loin de ce qu’on connait permet de changer ses perceptions. On ne garde que le meilleur et on améliore constamment nos angles morts. Je comprends un peu plus chaque jour ce que je suis venu chercher à Sydney. Ce sera mon work in progress pour les cinq prochains mois.

Cher confort, tu me manques un peu. Mais je sais que tu seras toujours là pour moi entre deux aventures que l’inconnu me réserve. Ne t’inquiète pas, je reviendrai.

Image couverture

 

Catégorie de l'article:
ART DE VIVRE · VOYAGE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *