Élections fédérales 2015 : Les communications à la rescousse

Écrit par

78 jours de campagne électorale, c’est deux mois et demi de tactiques sournoises de communication. Deux mois et demi de publicités négatives, ciblées, efficaces ou inefficaces. Quelques jours avant le vote décisif, voici les publicités et les stratégies de communication des différents partis politiques.

Le niqab

Qu’on soit pour ou contre le niqab à la cérémonie de citoyenneté canadienne, il faut avouer que les conservateurs de Stephen Harper ont réussi à mettre ce sujet en premier plan. Dès l’annonce du projet de loi des conservateurs pour forcer le serment à visage découvert, le sujet est entré en cinquième position dans la liste des enjeux importants au Québec, avec un poids médias de 6,49 %. Selon le site Influence communication, la semaine d’après, le port du niqab était l’enjeu numéro 1 au Québec avec un poids médias de 20,54 % et numéro 3 au Canada. La semaine du 29 septembre au 6 octobre, le port
du niqab est resté numéro 3 au Canada et numéro 2 au Québec.

Les slogans de campagne

Chaque début de campagne est déterminé par les slogans électoraux. Quels messages les partis veulent-ils transmettre? Il est évident qu’avec un gouvernement conservateur depuis 10 ans, l’axe du changement allait être exploité. Par contre, les slogans du NPD et du Parti libéral du Canada sont très semblables. Le slogan du NPD est « Ensemble pour le changement ». Court, simple, efficace et qui rassemble deux concepts importants : l’unité et le changement. Mais, le Parti libéral prône aussi le changement ET l’unité avec son slogan « Il est temps de changer ensemble ».

« Qui prend pays prend parti ». Le Bloc Québécois y va plus directement. Étant le seul parti qui prône l’indépendance, le slogan est assez clair sur l’idéologie du parti. Quant à eux, les conservateurs veulent faire un bilan de leur gouvernance. Un slogan plus long pour insister sur l’état de l’économie. (Notez bien l’anglicisme) : « Un leadership qui a fait ses preuves pour une économie plus forte »

Les publicités des libéraux à Tout le monde en parle

Le 4 octobre dernier, le chef du NPD, Thomas Mulcair, était invité à Tout le monde en parle. Environ trois publicités du Parti libéral ont été diffusées durant les pauses commerciales de l’émission comparativement à une seule du NPD. Une tactique qu’il faut avouer très intéressante au niveau des communications, car les libéraux qui étaient absents restaient ainsi à l’esprit des téléspectateurs.

*Petit rappel : Le prix d’achat de publicités durant Tout le monde en parle équivaut à près de 15 000 $.

La métaphore de l’escalier roulant

Une des nouvelles publicités qui fut diffusée lors de l’émission par le Parti libéral est celle de l’escalier roulant. L’équipe de communication de Justin Trudeau voulait illustrer la stabilisation des problèmes politiques au Canada et expliquer qu’avec eux le pays va continuer d’avancer.

Parti libéral : On n’avance plus. L’escalier roulant

Les publicités négatives

L’objectif de communication des conservateurs pour cette campagne est assez clair : démontrer que Justin Trudeau, le chef du Parti libéral, n’est pas prêt à être premier ministre.

Voici un petit retour dans le temps. Il y a deux ans, les conservateurs ont amorcé leur campagne négative sur l’image de Justin Trudeau. Cette vidéo montre le chef du parti libéral du Canada, il y a quelques années.

Le Parti conservateur a ainsi continué dans cette lignée en lançant une série de vidéos contre le chef des libéraux.

Parti conservateur du Canda : Justin Trudeau est déconnecté des valeurs et priorités des Québécois!

NPD qui répond aux conservateurs

Le Nouveau Parti démocratique a répondu aux attaques du Parti conservateur envers Justin Trudeau en créant une publicité affirmant que le chef Thomas Mulcair était prêt, lui. Ce point est assez subtil considérant que ce n’est pas une publicité négative et qu’elle ne s’adresse pas aux conservateurs directement.

NPD AD : I’m ready

Jingle du conservateur Maxime Bernier

Maxime Bernier, un gars qui nous ressemble, fait des jingles pour se faire élire. Je n’ai rien d’autre à ajouter.

Enfin, un moment fort de cette campagne électorale est lors du Face à face de TVA. Justin Trudeau fait un lapsus en appelant le chef du Bloc Québécois Gilles Duceppe : « Mon amour ».

 

Image couverture

Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ · COMMUNICATION

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *