Habiter seul : oui ou non ?

Écrit par
colocation

Pour certains, l’idée est claire : pas question de vivre en colocation. Pour d’autres, c’est le contraire. Habiter seul peut en effet sembler inimaginable pour eux. Il y a aussi ceux qui n’en savent rien et qui essaient les deux, comme moi.

À mon arrivée à Québec, c’était défini dans ma tête, je ne voulais pas habiter toute seule. Tout d’abord parce que c’est très cher, mais aussi pour des raisons d’adaptation. En plus d’avoir à m’adapter à une nouvelle ville, une nouvelle école et des nouvelles personnes, je devais m’adapter à la vie en appartement. Je voulais donc avoir au moins une personne pour vivre cette expérience avec moi.

J’ai passé les deux premières années de mon bac en colocation. À plusieurs ou à deux, la colocation est un art que je ne suis pas certaine de maîtriser. Pour ma troisième année, j’ai donc décidé à la dernière minute et de façon complètement impulsive d’aller habiter toute seule.

Sur le coup, j’ai eu un peu peur. Surtout quand les gens me disaient : « t’es sure que tu vas aimer ça? » ou « moi en tout cas je serais jamais capable ». Ils avaient raison, ce n’est pas tout le monde qui serait capable. Vivre seul inclut de passer beaucoup de temps avec soi-même.

Je me suis alors mise à réfléchir aux moments que je passais toute seule, maintenant, mais aussi lorsque j’étais une enfant. J’en suis venue à la conclusion que je n’avais jamais eu de problème à être parfois solitaire, même que j’appréciais peut-être plus que je ne le pensais la solitude. Bref, j’ai décidé de prendre mon courage à deux mains et de partir habiter seule.

Depuis près de 10 mois, j’habite seule dans mon appartement. Pour moi, l’expérience s’est avérée être très positive dans l’ensemble.

Points positifs

  • La salle de bain est toujours disponible (eau chaude à volonté)
  • Inviter qui tu veux, quand tu veux (pas besoin d’avertir tes trois colocs)
  • Faire du bruit (tu peux maintenant écouter ton film sans écouteur sans déranger personne et sans te faire déranger)
  • Se laisser trainer (parce que ça nous arrive tous et parce qu’il n’y aura personne pour te le rappeler)
  • Mieux dormir (pas de coloc qui te réveille, que ce soit à 4h AM ou à 7h AM)

Points négatifs

  • Personne avec qui parler lorsqu’on s’ennuie (c’est maintenant impossible d’aller cogner à la porte de ton coloc pour lui raconter votre soirée d’hier)
  • Ça coûte cher (les prix ne sont pas divisés, donc c’est plus cher)
  • Faire plus de ménage et de vaisselle (il n’y a plus de rotations, c’est toujours à votre tour)
  • Personne en cas d’urgence (il faut bien vérifier que tous les ronds de poêle soient fermés avant de partir)

En cette période de chasse à l’appartement, souvenez-vous qu’habiter seul exige un gros compromis économique, mais c’est probablement le seul vrai compromis. Si vous êtes à l’aise avec l’idée d’être seul avec vous-même et d’être indépendant, pourquoi ne pas l’essayer ?


Crédit photo de l’image de couverture.

Révisé par : Malika Schneider

Articles tagués:
· · ·
Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *