Harfang et Foreign Diplomats : une production culturelle explosive

Écrit par

Harfang et Foreign Diplomats se sont produits le vendredi 23 mars à la salle multi du complexe Méduse pour l’événement Euphoria. La soirée, spectacle-bénéfice pour la Fondation Sourdine, rassemblait également artistes et artisans exposant leur travail. Le tout a été organisé par le comité en communication de l’Université Laval Production Culturelle.  

La salle Multi, feutrée par les rideaux noirs et les décorations aux vives couleurs de l’événement d’Euphoria, plongeaient les spectateurs dans une ambiance confortable, détendue et joviale, qui retenait à la fois une énergie impatiente de voir surgir sur scène les groupes attendus.

Au moment où certains intrépides se faisaient tatouer devant public, que certains commandaient au bar la bière de La Voie Maltée et que d’autres s’intéressaient aux expositions des artistes, les premiers accords de la chanson Fly Away se sont fait entendre. Harfang était sur scène. La formation de Québec a vite démontré ses habiletés musicales, notamment avec la voix cristalline et limpide du chanteur principal et guitariste Samuel Wagner, qui fait la signature du groupe aérofolk.

S’ensuit la chanson Wandering, afin de continuer dans un mood tranquille et captivant. La musicalité planante du groupe est à son comble pour les prochaines chansons, qui deviennent de moins en moins punchées pour plutôt laisser place à un fil plus mélodique. En faisant d’abord la transition avec Kneel, Harfang est allé chercher la foule avec sa chanson plus accrocheuse, Stockholm. Le public, jusqu’alors plutôt gêné, a commencé à s’approcher de la scène, créant un lien plus direct avec les musiciens. Pleasure terminait en force leur prestation avec des sons folks et des brides électroniques puissantes qui englobaient une salle chauffée à blanc pour Foreign Diplomats.

Harfang

Foreign Diplomats

Ce qu’il faut comprendre avec Foreign Diplomats, c’est qu’il attire sans grands efforts quiconque y prête attention et apprécie un tant soit peu la musique qui groove. Pas étonnant alors qu’avec la vigueur des cinq musiciens sur scène, leurs rythmes effrénés, les accents métalliques d’un trombone éclatant ainsi que le sens de l’humour rassembleur du chanteur et guitariste Élie Raymond, les admirateurs ainsi que les personnes curieuses ont trouvé leur bonheur dans une soirée qui est vite devenue très festive. Ainsi, c’est avec assurance que le band des Laurentides a étalé, dès le départ, de nouvelles compositions exclusives à Euphoria. Elles ont fait danser, sourire, et même chantonner. Foreign Diplomats a tâté le pouls de la foule, et ils ont reçus en réponse un cœur qui bat la chamade, notamment avec leur primeur How cool is that?, « dédié aux personnes qui ont des néons sous leurs voitures ».

Les musiciens ont toutefois visé dans le mile avec des valeurs sûres comme Comfort Design en début de prestation et Mexico, vers la fin. En fait, l’on pourrait presque diviser leur spectacle en deux parties, puisqu’il y a eu une sorte d’interlude où les musiciens s’adonnaient à du « shreddage » (selon Élie, qui francise le mot anglais shred), cette tendance Jazz et Métal à faire des solos virtuoses. Dans ce cas-ci, des motifs de guitare et de basse avec du reverb par-ci par-là. C’est également pendant cet interlude que le chanteur a annoncé la venue d’un « cercle de danse ». Et quel cercle de danse. L’on pensait le public à son climax, mais il manquait le coup de poing final : Queen + King, probablement leur chanson la plus populaire. Même s’il y a eu un rappel, la prestation de leur chanson phare a rassemblé à elle seule de nombreux nouveaux adeptes de Foreign Diplomats.

Foreign Diplomats

Cocktail culturel

Avant les deux shows de la soirée, les participants d’Euphoria ont pu vaquer à de nombreuses activités et découvrir artistes et artisans à travers des kiosques qui occupaient la salle multi. Le tout sous l’ambiance de Charles Garant, accompagné du bassiste Philippe Morissette, qui présentait des compositions de styles alternatives grunge. Il y avait aussi : Authentic Attitude (vêtements); West’Af (vêtements mélangés entre culture africaine et occidentale); Remy Pelletier (artiste visuel); Valérie Gilbert (artiste peintre); Clav’s workshop (qui fabrique des Longboards); Tatouage Toutankhamon (pour un tatou sur place). Production Culturelle, qui organisait l’événement a aussi fait tirer des prix, notamment deux laissez-passer pour le FEQ et un billet d’avion WestJet. La soirée s’est finie avec une prestation haute en couleur de DJ MOFU (Charles Christophe Huet) qui a fait jouer quelques hits du moment. Bref, un événement réussi pour les amateurs de musique et de culture en général.

Révisé par : Roxane St-Pierre Rousseau

Crédit des photos : Xavier Gagnon

Photos modifiées sur Lightroom par Micaël Vicaire

 

Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ · COMMUNICATION · CULTURE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *