Le hockey universitaire, trop peu médiatisé

Écrit par
universitaire

Au Canada, l’un des sports les plus populaires est sans aucun doute le hockey. Aujourd’hui, les amateurs de ce sport national peuvent suivre les performances de leur équipe favorite n’importe où et à n’importe quel moment grâce aux différentes plateformes médiatiques. Par contre, toutes les ligues ne bénéficient pas de la même attention. C’est le cas par exemple, du hockey de niveau universitaire.

Dans la province, on constate que la Ligue nationale de hockey (LNH) et la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) profitent d’une grande couverture médiatique. En effet, les deux grands réseaux télévisés de sports au Québec, en l’occurrence RDS et TVA Sports, portent leur attention principalement sur ces deux ligues regroupant des professionnels dans le cas de la LNH et des joueurs d’âge junior pour la LHJMQ. Quelques parties de la Ligue américaine de hockey (AHL) sont également diffusées pendant la saison.

universitaire

Crédit photo : http://bit.ly/2nwjyfi

Il est tout à fait normal pour les médias et les amateurs de s’intéresser aux performances des athlètes qui s’intégreront aux grands dans le futur. Toutefois, le hockey de niveau universitaire peut tout autant être un tremplin vers les professionnels pour plusieurs hockeyeurs. De plus, bon nombre d’athlètes du circuit universitaire proviennent des rangs juniors bien connus des amateurs. Il suffit de regarder les performances des équipes au cours de la saison 2016-2017 pour affirmer que le hockey de ce niveau offre l’un des meilleurs calibres de jeu au pays. Mentionnons le plus récent championnat canadien d’U Sports qui a couronné les Varsity Reds de l’Univsersité du Nouveau-Brunswick le 19 mars dernier, pour la deuxième année consécutive. Un calibre qui gagnerait à être davantage vu par les spectateurs.

Au Canada, 36 universités possèdent leur programme de hockey masculin répartis en trois associations, soit l’Atlantic University Sports (AUS), le Canada West Universities Athletic Association et l’Ontario University Athletics (OUA), divisé entre les sections Est et Ouest. Par ailleurs, les trois équipes présentes au Québec, en l’occurrence les Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières, les Redmen de l’Université McGill et les Stingers de l’Université Concordia, œuvrent toutes dans l’OUA. Dans la province québécoise, le faible nombre de programmes de hockey universitaire pourrait être l’une des hypothèses du manque d’attention des médias sportifs.

 

universitaire

Crédit photo : http://bit.ly/2ntXQM6

Néanmoins, il est difficile pour les institutions québécoises d’investir dans ce type de programme qui nécessite beaucoup de ressources financières qui, elles, se retrouvent souvent dans d’autres sports universitaires tels le football ou d’autres programmes de hockey junior. Pourtant, regrouper des équipes de niveau universitaire dans le Réseau des sports étudiants du Québec (RSEQ) pourrait être bénéfique pour le hockey québécois. En effet, les jeunes hockeyeurs de la province auraient davantage d’options devant eux pour exercer leur sport et pour tenter d’atteindre les rangs supérieurs. Quant à eux, les amateurs auraient l’occasion de voir évoluer du hockey de haut calibre qui pourrait rapporter aux institutions universitaires québécoises à long terme.


Crédit photo de l’image de couverture.

Révisé par : Maryse Robert

Catégorie de l'article:
SPORT

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *