Interdire les voitures à essence pour un virage plus vert

Écrit par

Les voitures à essence posent problème, surtout sur le plan environnemental. Elles n’en ont plus pour très longtemps. Ce sujet a été maintes fois abordé lors des dernières campagnes électorales. Plusieurs partis en ont fait leur principale promesse électorale, notamment le Parti québécois cette année lors des élections provinciales, mais le projet demande un long processus. Ce n’est pas la priorité de la CAQ, gouvernement élu depuis le mois d’octobre.

Prenons l’exemple des Pays-Bas, qu’on appelle aussi le pays du vélo, qui veut interdire définitivement les voitures à essence à compter de 2030. D’autres pays ou villes commencent à suivre le mouvement et on peut déjà voir certains changements, mais il reste tout de même beaucoup de chemin à faire.

Depuis quelques années, on a vu grandir le marché de l’automobile avec la mise en marché d’une nouvelle technologie révolutionnaire : les voitures électriques. De nombreuses compagnies automobiles se sont lancés dans la production de ce type de voiture, telles que Tesla ou Volkswagen. Les utilisateurs, quoique peu nombreux, sont satisfaits et sont fiers de faire ce pas vert.

L’objectif principal est de remplacer les voitures à essence en raison de leur haut taux de pollution et de la rareté future du pétrole. Le problème actuel n’est pas seulement l’utilisation des voitures à essence, c’est la surutilisation de ce type de transport.

La ou les solutions pour éradiquer la pollution engendrée par l’utilisation des voitures seraient par exemple de faire des voitures électriques qui ont une assez bonne charge et qui sont abordables pour les consommateurs ou bien d’établir un réseau de transport en commun partout à travers le pays.

Plusieurs personnes s’entendent ainsi pour dire qu’une majeure partie de la pollution planétaire s’explique par l’utilisation des voitures à essence et donc qu’il faut régler le problème pour mieux protéger l’environnement. Cette idée innovatrice s’inscrit dans l’histoire comme un projet environnemental ambitieux.

C’est également un projet politique. En effet, plusieurs débats ont eu lieu sur la question durant les dernières campagnes électorales, principalement sur le problème de financement engendré. Bien que l’initiative soit bonne et que les motivations derrière cette idée soient justifiées, les coûts reliés sont trop élevés, en ce moment, pour que le projet se mette réellement en branle.

Espérons que ce petit problème se réglera bien vite, car ce serait de faire un énorme pas en avant, sur le plan environnemental, pour sauver la planète.

Articles tagués:
· ·
Catégorie de l'article:
IDÉES

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *