J’ai écris ce texte à la dernière minute : Le syndrome de l’imagination

Écrit par
imagination

Lorsque j’étais jeune, j’avais constamment la tête dans les nuages. Mes professeurs pensaient que j’étais un élève modèle et attentif, alors que d’esprit je me trouvais à des kilomètres de la classe. Le tableau vert se transformait en fenêtre par laquelle je regardais un monde que j’avais imaginé, avec des personnages hauts en couleur et des histoires toutes plus rocambolesques les unes que les autres. Ce n’est pas pour me vanter, mais à l’âge de sept ans j’avais déjà imaginé le scénario des Gardiens de la Galaxie et de Star Wars, avec comme personnage principal nul autre que moi! Le tout, des années avant d’avoir seulement entendu parler d’eux! Imaginer des histoires, des solutions à des problèmes ou à des stratégies permettant de me tirer du pétrin étaient pour moi le quotidien. Par contre, jamais je n’aurais imaginé lorsque j’étais jeune la possibilité de faire d’une carrière mon imagination.

Le monde de la communication englobe plusieurs domaines, dont un en particulier : la publicité. Le domaine qui m’intéresse en fait partie, soit la création. Les publicités ne sortent pas de n’importe où, elles ont d’abord été pensées par quelqu’un, qui avait en tête une image claire de ce qu’il voulait créer. Les personnes qui s’occupent de mettre au monde l’idée de ces publicités sont les concepteurs-rédacteurs et leur coéquipier directeurs artistiques. Le premier est un amoureux des mots. Il joue avec des lettres pour créer sur papier une image, créer des émotions. L’autre, quant à lui, est un adepte des images. Il « voit » comment les images et les émotions de son partenaire devraient être reproduites en réalité. Ensemble, ils forment l’équipe créative des agences de publicité. Comme par hasard, c’est exactement l’un ou l’autre de ces deux postes que je vise à la fin de mon diplôme.

Bien sûr, il existe bien d’autres spécialisations de la publicité que des concepteurs-rédacteurs ou des directeurs artistiques. Des stratèges, des chargés de projets, des graphistes et bien d’autres postes forment ce que l’on appelle une agence de création, ou une agence de publicité.

Pour moi, lorsque j’ai commencé le BAC en communication, pour faire usage de mon esprit créatif j’allais devoir aller en relations publiques. Étant bon pour régler des problèmes, c’était initialement mon choix de parcours. Par contre, la publicité a attiré mon regard. Des cours comme « Création publicitaire » et « Écriture et ses publics » m’ont fait repenser à mon cheminement. Devoir gérer des réseaux sociaux ou des problèmes m’attirait soudainement moins.

Le petit enfant en moi, qui regardait d’ailleurs toujours les tableaux verts universitaires les yeux vide, se réveillait tranquillement. Une phrase de mon professeur de Création publicitaire a suffi à me convaincre que ce chemin était bien fait pour moi : « Les gens en publicité sont juste des enfants qui ont les moyens de rendre réalité leur imagination ».

Mais, si comme moi tu as de l’imagination débordante. Si comme moi tu regardes les mauvaises publicités en te disant que même toi pourrais faire mieux. Si comme moi tu regardes des publicités, vidéos, affiches ou autres en te disant : « Maudit que j’aurais aimé penser à ça ». Si comme moi tu te dis que commencer une phrase avec les mots « mais, ou et » devrait pouvoir avoir du sens, eh bien la concentration publicité risque de t’intéresser!

P.S. Bon tu n’as pas à être nécessairement en accord avec moi pour la dernière phrase, mais mon combat continue!

 

Rédigé par : Alex Proulx-Rivard

Révisé par : Roxane St-Pierre Rousseau

Photo de couverture : Alex Proulx-Rivard

Catégorie de l'article:
COMMUNICATION · EMPLOI

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *