Klô Pelgag de passage à Québec

Écrit par

QUÉBEC — Artiste de la Gaspésie et découverte de l’année au Gala de l’ADISQ, Klô Pelgag a donné, le 20 février dernier, toute une prestation musicale au Petit Champlain de Québec. C’est dans une atmosphère à la fois ludique et envoutante que les spectateurs ont pu admirer ses talents vocal et musical.

Violonistes, contrebassiste, violoncelliste, batteur, pianistes : ils étaient plusieurs musiciens sur scène à jouer en harmonie avec l’interprète. L’évènement au Petit Champlain affichait complet depuis quelques semaines. L’ambiance chaleureuse était présente avant même que les lumières ne s’éteignent et que l’on dise maestro! C’est d’abord dans une mise en scène rocambolesque que les musiciens ont fait leur entrée. Des habits d’hiver, des patins ou des bottes de ski aux pieds, en passant par des hommes torses nus en petits costumes de bain, l’excentricité était à l’honneur. Disons que la troupe sait en mettre plein la vue. Klô Pelgag, quant à elle, portait son fidèle pyjama une pièce arborant les visages de Beethoven et de Michael Jordan en mosaïque.

Dès les premières notes de musique, on a pu reconnaitre le ton sublime et singulier de la jeune femme. Sa voix nous transporte, comme si nous planions au-dessus des nuages. L’harmonie du piano avec les instruments à cordes donnait aussi le charme qu’on lui connait si bien. On prend aussi un énorme plaisir à voir les sourires et les regards taquins échangés entre les musiciens. Klô Pelgag sait faire d’une salle de spectacle un repas en famille : tous y participent.

L’artiste a interprété les succès de son premier album L’Alchimie des monstres. Dès les premières envolées instrumentales de la pièce Le Corbeau, nous étions tout à fait séduits. Elle nous avait dans la poche! Entre deux décollages envoutants, c’est aussi par ses interactions désopilantes avec son public que Klô Pelgag charme. D’ailleurs, son désir de se brosser les dents en orchestre avec son public en a fait rire plus d’un. On a eu également le droit à l’habituel tour de magie de son contrebassiste. Quoi de mieux pour ajouter à la gaieté de la soirée que de faire disparaitre de l’eau?

Au rappel, elle ne pouvait évidemment pas laisser ses spectateurs sur leur faim. On a donc pu assister à une version des plus excentriques des Yeux du cœur de l’album Rendez-vous doux de notre cher auteur-compositeur-interprète Gerry Boulet. De quoi faire triper le public pour de bon.

C’était enfin l’honorable Stéphane Robitaille qui faisait la première partie du spectacle. Avec ses chansons très parlées, sa guitare en bandoulière, et accompagné d’une contrebassiste, on avait l’impression qu’il nous racontait ses histoires autour du feu.

Ceux n’ayant pas pu assister à la représentation au Petit Champlain pourront heureusement la revoir le 10 décembre prochain au Grand Théâtre de Québec. Mais faites vite, les places sont limitées, et le talent de la jeune femme en émoustille plus d’un!

Source de l’image couverture

Catégorie de l'article:
CULTURE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *