La surconsommation: le résultat d’une insécurité intime et matérielle?

Écrit par

Les connexions sont illimitées et les rencontres virtuelles, faciles et fugaces. Entrer en communication avec l’autre n’a jamais été aussi simple et accessible.

Bienvenue dans l’ère du numérique. Une époque où il est maintenant possible de magasiner des biens matériels en ligne, mais aussi de futurs partenaires! 

Le manque de temps, caractéristique de notre société moderne, incite les gens à opter pour cette solution. La sortie dans les bars pour faire de nouvelles rencontres est maintenant trop exigeante et « overrated ». Restons paresseux, dans le confort de notre divan, en mangeant nos cheetos et essayons plutôt un autre moyen. C’est alors que la création d’applications mobiles et de divers sites spécialisés dans le secteur de la rencontre prend tout son sens! Et pourtant, malgré tous les outils maintenant disponibles et leur simplicité d’utilisation, nous semblons toujours vivre dans une société où l’on assiste tristement au suicide affectif collectif. Pourquoi cette recherche insatiable d’intimité avec l’autre reste-t-elle si compliquée?

Certes, ces nouvelles plateformes facilitent nos recherches. Nous pouvons désormais trier les individus en éliminant les moins désirables (les plus laids) et en gardant un panier de « matchs » potentiels. Ça me fait penser un peu au phénomène du panier sur les sites d’achats en ligne. T’as une envie de dépenser, alors tu regardes tranquillement les différents produits qu’offre le site. Tu te sens mal parce que t’aimerais tout acheter en même temps, mais ça ne se fait pas vraiment quand il faut que tu penses au budget. Alors tu décides d’acheter un petit quelque chose pour assouvir ton besoin. Conscient(e) que tu risques de te tanner assez vite, tu remplis ton panier quand même, juste au cas où. Tout le monde aime avoir des options, pour une prochaine fois.

C’est fantastique tout cela, sauf qu’il y a un hic. Ces possibilités numériques et virtuelles comportent un vice caché qui vient compliquer le processus d’achat.  Le problème majeur est le suivant : nous sommes exposés à trop de choix! Eh oui! Il y a trop d’options et d’opportunités, et nous ne possédons pas assez d’argent ou de vertu pour toutes les essayer…  

surconsommationAlors, comment faire un choix sûr et éclairé en 2015, dites-moi? Le consommateur averti veut toujours en avoir plus pour son argent. Vigilant, il préfère aussi essayer la marchandise avant d’adhérer complètement à une marque. De là le principe des échantillons, ici et là. Trop souvent, on se retrouve avec plein d’échantillons vides éparpillés et on se dit : « Ouin, la prochaine fois, je devrais peut-être envisager d’investir un peu plus et prendre le temps de trouver ce qui me convient vraiment. » Je parle ici du bon parfum, bien entendu…

Cette petite théorie simpliste, tirée d’une séance de marketing 101 pour débutants, s’applique parfaitement à la recherche de l’amour à l’époque du numérique. Selon moi, ces applications n’ont fait que favoriser la consommation rapide et l’accumulation d’échantillons à moitié vides, et augmenter la quantité de produits dans notre panier qui ont le temps de tous virer « out of stock ».

En conclusion, on n’est jamais vraiment sûr de ce qu’on achète et du temps que ça prendra avant qu’on s’en désenchante. Mais si on essayait d’être plus raisonnable? De prendre le temps, avant de comparer et de céder à notre besoin d’excès, de voir ce qu’on possède déjà et de réussir à l’apprécier et à s’en contenter? Du moins, pour un instant.

Sources de images

Catégorie de l'article:
ART DE VIVRE · ART DE VIVRE

Commentaire

  • Triste, mais vrai! À l’ère de la surconsommation, tout y passe… Bravo pour l’article!

    Yannick 11 mars 2015 15:49 Répondre
  • J’aime vraiment le terme «suicide affectif collectif» !
    Je trouve que l’article est très intéressant, bien écrit et tout en subtilité 😉

    Roxanne 13 mars 2015 02:31 Répondre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *