Les Oscars ou comment gâcher une soirée selon MacFarlane

Écrit par

Popcorn à la main, armée de ma liste de nominations et rivée à mon téléviseur, j’étais prête pour la 85e soirée des Oscars. Adeptes du cinéma, à vos écrans!

Sur une note de nostalgie, la cérémonie des Academy Awards avait pour thème les grandes comédies musicales hollywoodiennes qui ont marqué et qui continuent d’émouvoir le public. En passant par des numéros de Chicago, Dreamgirls, Les Misérables à un hommage aux 50 ans de l’agent 007 et une interprétation magistrale de Skyfall par Adèle, les interventions de l’animateur Seth MacFarlane tiraient cette soirée vers le bas. MacFarlane a ouvert la soirée avec des blagues plus ou moins drôles, une nervosité difficile à cacher et une chanson d’un humour déplacé intitulée We Saw Your Boobs (sans blague). Cette tentative chancelait du ridicule au malaise. Dans un effort désespéré, il a tenté de rattraper le coup tout au long de la cérémonie, mais en vain. D’ailleurs, le contraste entre son animation de mauvais goût et le classicisme recherché par les numéros de danse et de chant a fait des Oscars un événement télévisuel de second ordre.

Cette année, en dépit d’une structure inégale, cette cérémonie fut parsemée de surprises et d’émotions. Ayant soigneusement prédit les gagnants des différentes catégories, j’ai été étonnée des résultats qui sont trop souvent prévisibles lors des Oscars.Bien sûr, certaines catégories étaient gagnées d’avance… Anne Hathaway aurait pu recevoir son prix lors de sa nomination comme meilleure actrice dans un rôle de soutien pour sa performance dans Les Misérables. À l’inverse, Argo a remporté l’Oscar du meilleur film alors que Lincoln et Les Misérables semblaient se déchirer ce prix tant convoité. Pour ce qui est de Jennifer Lawrence, nommée meilleure actrice pour son rôle principal dans Silver Linings Playbook, elle a encore une fois su nous étonner par son assurance et son authenticité. Hollywood a officiellement adopté cette jeune actrice talentueuse qui a su se tailler une place de choix au sein du milieu artistique américain.

Après cette soirée riche en suspense qui semblait souvent interminable, il ne restait qu’à attendre les critiques qui ne viendraient que le lendemain. J’imagine que Seth MacFarlane se croisait les doigts…avec raison.

Image de couverture : Seth MacFarlane.

Carolle-Anne Tremblay-Levasseur
carolle-anne.tremblay-levasseur.1@ulaval.ca
@IntercomMag

Catégorie de l'article:
CULTURE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *