La conformité et les poupées russes

Écrit par

Je trouve les poupées russes très symboliques dans notre société occidentale. Et pourtant, par leur nom, il est facile de croire que la provenance des poupées russes est de la Russie. Eh bien, j’ai le plaisir de vous annoncer que c’est en fait une fausse connaissance extrêmement répandue.

Les poupées russes, de leur vrai nom, les matriochkas sont d’origine japonaise avant que la Russie se l’approprie. La création des poupées russes remonte à la fin des années 1890. Savva Mamontov, un célèbre mécène russe, revient d’un voyage au Japon et rapporte comme souvenir des figurines représentant les Sept Divinités du Bonheur. Ces figurines divines ont suffi à inspirer le peintre Sergueï Malioutine, un artisan de la ville de Serguiev Possad. Ce dernier a créé des figurines représentant une famille, du petit dernier jusqu’à la maman. C’est ainsi que les poupées russes se créent, étant à l’origine un jouet. Avec la popularité grandissante dans ce qui était l’URSS, l’État prend en charge la fabrication de ces poupées créant plusieurs personnages et villageois et ces dernières représentent la puissance et la suprématie de l’URSS. La fonction de jouet s’efface graduellement pour devenir un symbole identitaire du pays représentant tant les valeurs que la vérité des apparences, parfois trompeuses. Avec l’éclatement de l’empire URSS conjointement à l’arrivée du libéralisme, plusieurs versions sont créées mais la symbolique des matriochkas demeure présente et j’oserais dire que cette symbolique est également présente de l’autre côté de l’océan.

Ce que je trouve fascinant des poupées russes est leur facilité à s’emboîter ainsi que leur ressemblance. En ignorant la grandeur, les poupées russes sont identiques l’une avec l’autre. Je ne sais pas pour vous mais, j’ai souvent ressenti le besoin de rester dans le moule. Il y a certes les normes à suivre en public mais c’est plus que ça. Comme s’il y avait un ordre à suivre dans les grandes étapes de la vie, comme l’ordre des poupées russes afin de réussir à toutes les emboîter, et que cet ordre doit être respecté, sinon ça ne fonctionne pas.

Honnêtement, j’ai beau me questionner sur la cause et la raison de cette nécessité qui n’en ai pas réellement une et je n’arrive pas à trouver de réponse plausible. Faut-il être tous identiques? Est-ce que la société essaie de tous nous emboîter comme des poupées russes? L’idée de la conformité me dérange. On est probablement tous d’accord. Chaque humain est différent, avec des valeurs différentes, des pensées différentes et un historique de vie différent. Au Québec, on clame la diversité culturelle et la liberté d’expression! Et pourtant, quand je pense à la société actuelle, la seule image qui me vient à l’esprit est le générique de la série intitulée « Weed » offerte sur Netflix. Personnellement, je n’ai pas respecté l’ordre des étapes à suivre. Et quand je raconte ma vie à des nouvelles rencontres, j’ai souvent la réaction de surprise similaire. Bref, j’ai parfois l’impression d’être la poupée russe d’à côté.

Et j’en suis fière!

 

Crédit photo : Pénélope Ethier

Rédigé par: Pénélope Ethier

Articles tagués:
· · · ·
Catégorie de l'article:
CULTURE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *