Les Visites Fantômes : Parfait mélange d’histoire et d’épouvante

Écrit par

À l’approche de l’Halloween, certains préfèrent se taper un marathon de films d’horreur, alors que d’autres prévoient leur party costumé avec impatience. Personnellement, j’ai opté pour une visite du Vieux-Québec avec les Visites Fantômes de Québec. Une expérience des plus enrichissantes et des plus effrayantes.

Notre sympathique guide, vêtue d’une cape et d’un haut-de-forme, nous mène dans les rues de la Basse-Ville pour nous conter des histoires d’exécution et de fantômes. Toutes les histoires qu’elle nous raconte sont vérifiées par des historiens. Rien pour rassurer les plus «moumounes» d’entre nous (dont moi).

Dans la première partie de la visite, les récits portent surtout sur les exécutions et les accidents meurtriers. Ainsi, la guide nous amène au Port de Québec alors que le majestueux bateau, le Caribbean Princess, est en arrière-plan. Elle nous raconte le mystérieux naufrage du Empress of Ireland, un paquebot qui assure la liaison entre Québec et Liverpool. Après une collision avec un autre navire dans le brouillard total, le bateau sombre dans le Saint-Laurent à la hauteur de Rimouski. L’accident fait 1000 victimes, ce qui en fait un des plus grands naufrages du 20e siècle. Notre guide nous explique le naufrage, comme les autres histoires, d’une façon bien théâtrale, ce qui rend la visite encore plus agréable.

Notre petit groupe se dirige ensuite vers la Place Royale, qui est sublimement décorée pour l’Halloween, pour nous conter des histoires d’exécution qui s’y sont déroulées. Ce qui est particulièrement intéressant avec cette visite, c’est que nous redécouvrons le Vieux-Québec et son histoire. Par exemple, notre guide porte notre attention sur trois vagues créées sur le pavé par des pierres grises. Celles-ci marquent le niveau du fleuve à différentes années. À mon grand étonnement, il s’avère que des travaux ont été faits pour diminuer le niveau du fleuve afin de construire la colonie. Une grande partie du Vieux-Québec était donc inondée avant ces travaux.

Deux endroits m’ont particulièrement marquée : la rue Sous le cap et la cathédrale anglicane Sainte-Trinité. Je ne m’étais jamais aventurée dans la rue Sous le cap avant cette visite, mais j’y retournerai assurément. Cette ancienne artère principale de la ville se démarque du reste du quartier. Cette rue était le lieu de résidence de nombreuses familles ouvrières irlandaises et un endroit prisé par les prostituées. Servant également de dépotoir pour les familles plus riches de la Haute-Ville, cette rue grouillait de bactéries et de maladies infectieuses. D’ailleurs, certains visiteurs prétendent voir le fantôme d’une fillette décédée d’une de ces maladies. Pour protéger les rations des inondations, les garde-mangers des résidences sont situés de l’autre côté de la rue. En s’y promenant, on passe sous plusieurs dizaines de passerelles qui relient les maisons aux garde-mangers. Nous avons donc un tableau assez impressionnant devant les yeux : des maisons de bois peintes d’une grande variété de couleurs et des passerelles qui s’élèvent à différents niveaux.

ghfghLa rue Sous le cap

Ma deuxième et plus grande découverte : la cathédrale Sainte-Trinité. La guide nous met en garde avant d’y entrer : les gens plus ouverts aux esprits y réagissent parfois très fortement. Nous pénétrons dans l’église hantée à la seule lumière d’une lanterne. Dans cette obscurité presque totale, notre guide nous parle des expériences paranormales vécues par les gens qui ont fréquenté les lieux. Les témoins sont nombreux à avoir vu le fantôme d’une femme, dont la Reine Élizabeth II. Selon un médium, il s’agirait d’une religieuse qui a accouché, tué et enterré son bébé sous l’orgue de l’église. La guide nous conte également l’histoire d’une femme qui a été enterrée vivante, car les voisins la croyaient morte du choléra, alors qu’en fait, elle dormait. Elle nous pointe du doigt l’endroit exact où le fantôme a été aperçu et je ne peux m’empêcher d’y jeter un œil. Tout au long de ces récits, on sent monter le stress de notre groupe, car on entend craquer dans l’église.

Une visite en Haute-Ville est également offerte et vous pouvez être certains de m’y voir prochainement. Bien que j’aie dormi les lumières ouvertes à la suite de la visite de l’église, j’ai découvert de nouvelles rues et j’en ai appris beaucoup plus sur l’histoire que ce qu’on apprend dans les livres. Les visites fantômes nous permettent de voir les rues du Vieux-Québec d’un nouvel œil. Un gros 5/5 pour ce concept différent et enrichissant!

Pour plus d’informations ou pour réserver : http://www.fantomesdequebec.com/

Image couverture

 

Catégorie de l'article:
CULTURE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *