Olivier Turcotte : Portrait d’un communicateur-athlète

Écrit par
olivier-turcotte_01
Intercom

Olivier Turcotte est étudiant en communication publique et aussi joueur de football pour l’équipe du Rouge et Or de l’Université Laval. Il termine actuellement sa troisième année au baccalauréat en communication. L’Intercom a eu le plaisir de s’entretenir avec le quart-arrière de la troupe menée par Glen Constantin.

Fiche
Nom : Olivier Turcotte
Sport : Football
Position : Quart-arrière
Numéro : 16

Qu’est-ce qui t’a amené en communication?
La publicité et les concepts publicitaires. Je voulais m’en aller en architecture, mais finalement j’ai changé d’idée parce que je trouvais que c’était un peu trop, côté dessin. Le côté conception de la publicité m’attirait plus.

 Vers quelle branche ou profession te diriges-tu?
Je ne sais pas encore quelle profession, mais j’ai complètement sorti de mes pensées le journalisme et les relations publiques.

Quelles sont tes aspirations par rapport au football?
C’est un rêve pour moi de jouer pour le Rouge et Or. Mon projet c’est de faire mes cinq ans au football et de gagner le plus de Coupe Vanier possible.

Que penses-tu du début de saison du Rouge et Or?
C’est un nouveau groupe de joueurs, on a perdu quand même pas mal de vétérans, mais je te dirais qu’on a pas mal autant de talent. Les nouveaux doivent prendre des rôles de leaders.

Comment s’est passé la transition entre le coordonateur de l’offensive Duane John et Justin Éthier?
Ça s’est bien passé. Justin Éthier, c’est son livre de jeu [que nous utilisions] et Duane l’avait seulement modifié. Justin n’était pas dépaysé et quand il est arrivé nous ne l’étions pas non plus. La base était la même alors il n’y a pas eu de difficulté d’adaptation.

Quelles sont tes autres passions ou loisirs?
Le football ça prend beaucoup de temps dans la vie. Que ce soit pour jouer ou regarder le football, le sport c’est une de mes passions. Sinon, le cinéma c’est ce que j’aime faire pour me changer les idées.

Quels sont tes objectifs pour la saison?
La Coupe Vanier. À chaque année il y a tellement de talent à Laval qu’on peut se permettre des objectifs élevés et la Coupe c’est toujours notre objectif.

Pourquoi as-tu choisi l’Université Laval plutôt qu’une université de Montréal?
J’ai joué à Édouard-Montpetit à Longueuil, mais quand tu es rendu au cégep tu évalues la possibilité de jouer ailleurs. Quand Laval t’approche et qu’ils te font visiter, tu vois les installations et c’est vraiment impressionnant. Ça donne le goût de venir jouer ici.

Vas-tu jouer jusqu’en 5e année toi qui en es à ta 3e année d’admissibilité?
Tant que je peux jouer au football c’est sur que je vais essayer d’utiliser mes cinq ans. Les joueurs de football on ne prend que quatre cours par session, sinon je vais peut-être essayer une maitrise ou un certificat pour améliorer ma diplomation.

Tu as déjà entraîné des plus jeunes dans des cliniques de football, est-ce qu’une carrière d’entraîneur serait envisageable?
C’est sûr. Je viens de Mont-Tremblant alors quand je vais avoir un emploi stable c’est sûr que ça va être une des idées que je vais avoir en tête que d’aller entrainer la relève dans mon coin.

 

Mathieu Turgeon
mathieu.turgeon.4@ulaval.ca
@IntercomMag

Intercom
Intercom a la chance d’accueillir des rédacteurs motivés au sein de son équipe.
Pour en faire partie, envoyez votre CV ainsi qu’une lettre de motivation à contact@www.intercom-ulaval.com.
Catégorie de l'article:
SPORT

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Intercom