La vraie vie

Écrit par
vie
Intercom

Si, comme moi, vous finissez ce printemps, dans à peine deux mois, on fait notre entrée dans la vraie vie. Voici donc une liste des différents stades émotionnels qu’il est possible de vivre.

1. La hâte

Fini la période d’instabilité où l’on consomme plus de café dans une nuit qu’il se donne de soie dentaire chez un dentiste en une année. La vie nous semble tellement plus simple lorsqu’on pense à l’avenir. On va avoir tout notre temps pour se concentrer à notre travail, monter les échelons et devenir le maître de la communication. On se voit déjà comme Samantha Jones.

Ensuite, plus on y pense, plus ça se corse. Ce qui me mène à l’étape deux.

2. L’anticipation

Tout va bien, on a peaufiné notre CV qui datait de 2010, on a préparé un squelette de lettre de motivation. On est fin prêt à chercher un emploi. On fait le tour de tous les sites, toutes les offres, et c’est là que ça nous frappe : « Années d’expérience demandées : 3 à 5 ans ». Le glorieux retour de l’angoisse.

Alors on lit tous les articles sur Mashable, et PR Daily pour consulter les listes du type « les 10 compétences les plus recherchées en entreprise ». On lit sur toutes les nouveautés en communication.

Ça va mieux.

3. La panique

S’ensuit une période de remise en question. Comment se démarquer? Il arrive quoi si on ne trouve pas d’emploi trois mois après la remise de diplôme? Et si on ne livre pas la marchandise?

La panique : on ne trouvera jamais d’emploi.

4. La vulnérabilité

Jusqu’au moment où l’on commence à prendre sur soi, à se dire qu’on va réussir. C’est là qu’on la voit, la perle rare. L’offre d’emploi la plus parfaite qui soit : ce boulot est fait pour nous. Donc on postule, évidemment. On prend soin de faire la lettre de motivation la plus sincère et accrocheuse possible. On peaufine notre CV. Et voilà : le courriel est envoyé.

On prie pour avoir le job. Notre avenir se joue entre un courriel et une entrevue. Bon sang, on veut ce travail.

vie

5. La confiance

Si on a pris le temps de réfléchir sur soi, on sait ce dont on est capable. On sait qu’on peut offrir un regard neuf sur le monde des communications. On a une grande aisance avec les nouvelles technologies de l’information et une débrouillardise implacable. Le jour viendra où on fera nos preuves, car on l’a en nous.

Il faut se dire que dans 5 ans, on se souviendra de cette période de notre vie comme d’un vague moment tumultueux, nostalgique de nos brèves années universitaires.

Rédactrice spontanée : Ann-Catherine Fortin

Intercom
Intercom a la chance d’accueillir des rédacteurs motivés au sein de son équipe.
Pour en faire partie, envoyez votre CV ainsi qu’une lettre de motivation à contact@www.intercom-ulaval.com.
Catégorie de l'article:
VIE ÉTUDIANTE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Intercom