« Make America great again »

Écrit par
Makes america great again

Le mercredi 9 novembre 2016, j’ai été profondément affectée par l’élection du 45e président des États-Unis. Il va sans dire que les élections américaines de 2016 ne sont pas passées inaperçues. Comme plusieurs, j’y ai accordé beaucoup d’attention. Je présume qu’il s’agissait d’un mélange entre l’immense place accordée aux simagrées de Donald Trump qui surgissait dans mon fil Facebook et du fait qu’à 20 ans, je considère que j’ai le devoir de m’informer un minimum sur l’actualité.

Certains m’ont demandé pourquoi j’y accordais autant d’importance parce que « je vis au Canada » et que « le président a peu de pouvoir étant donné que le Sénat et la Chambre des communes ont leur mot à dire sur ses prépositions ». Détrompez-vous, il ne s’agit pas seulement de la politique. Je n’ai pas tremblé parce que le parti que je préférais n’a pas remporté. Ce n’est pas à cause de l’élection en tant que telle. C’est à propos de deux différentes façons de regarder le monde dans lequel on vit qui me rend perplexe. C’est à propos des idéologies et des valeurs que Trump partage au monde entier qui me terrifie.

Je ne pense pas que le monde soit préoccupé tant que ça par la perte d’Hillary puisqu’elle n’allait pas nécessairement être la meilleure présidente, mais la moins pire des deux pour plusieurs. Bien sûr, elle est loin d’être parfaite, mais là n’est pas la question. Les gens sont déstabilisés qu’un homme publiquement raciste, sexiste, homophobe, menteur et qui a triché dans la vie soit devenu président. Depuis le début de la campagne électorale, les partisans de Trump ont co-signé avec sa façon de penser, ses idées, ses projets, et ce, indépendamment des raisons qu’ils ont donné pour leur vote. Toutes les choses horribles qu’il a mentionnées au sujet des femmes, des musulmans et des gens de couleurs ont été approuvées. Chaque partie de législation anti-LGBTQ que Mike Pence a défendue a été approuvée. La moitié du pays a déclaré que ces choses sont acceptables.

Make american great again

Crédit photo : http://www.northjersey.com/news/not-my-president-trump-denounced-in-protests-across-us-1.1690450

Oui, le racisme et le sexisme ont toujours existé. Cependant, en ayant placé Trump comme dirigeant d’un pays aussi puissant que les États-Unis, je persiste à penser que l’intimidation, la violence et la peur utilisées par ce dernier ne réussiront pas à diminuer les tensions sociales qui existent déjà chez nos voisins. Bien au contraire, c’est comme une porte d’entrée pour dire aux américains : vous n’avez plus à cacher votre haine envers ceux qui ne vous ressemblent pas, le président approuve vos propos. À mon avis, ce n’est pas juste Trump, la personne, qui est déplorable, mais le fait qu’il y a des millions de personnes qui supportent ses dires et qui l’ont mené là où il est.

Et après, comment les parents et les professeurs peuvent enseigner aux jeunes à respecter les différentes cultures et les religions, l’égalité et l’équité lorsque leur président, un modèle, leur dit tout le contraire ?

Voilà la source de mon chagrin. Ce n’est pas une défaite politique que je déplore, mais bien une défaite pour l’humanité. Je ne suis pas fâchée qu’un candidat ait perdu. Je suis fâchée parce qu’au lieu d’avancer, les États-Unis ont préféré revenir 60 ans en arrière. De là, le slogan « make America great again ». Retournons à l’époque où les femmes et les personnes de couleur ne valaient rien aux yeux des blancs américains, afin que les États-Unis soient de nouveau « un beau pays »…

Enfin, propagez la paix et l’amour autour de vous. C’est tout ce que j’ai à dire.

Crédit photo de l’image de couverture.

Texte révisé par Maryse Robert.

Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *