Des opportunités de stage pour tous

Écrit par
opportunités

Intercom a fait la rencontre de Valérie Dupont et Clarence Farley, les deux directeurs du Gala de la relève. Cette année, pour la 22e édition de l’événement, plusieurs nouveautés seront apportées. Les deux directeurs sont fébriles à l’idée de dévoiler le fruit de leurs efforts et de faire bénéficier les étudiants de communication.

Pour la 22e édition du Gala de la relève, l’équipe de Clarence Farley et de Valérie Dupont a désigné Anne-Marie Boissonnault à titre de présidente d’honneur. Madame Boissonnault est la fondatrice de la Maison 1608 par Solisco. L’événement prendra place le 15 mars 2018 dans le hall du Musée de la civilisation.

Le mandat du Gala de la relève est de trouver des stages pour les étudiants en communication de l’Université Laval. Que ce soit dans une entreprise ou une agence, les opportunités sont variées. Les stages sont répartis équitablement entre le journalisme, le marketing et les relations publiques. Cette année, une nouveauté s’ajoute parmi les offres : la branche de l’événementiel. Même si ce n’est pas une discipline qui entre dans le programme de l’Université, les directeurs du Gala constatent que la demande envers l’événementiel augmente.

L’année précédente, les étudiants se sont vu attribuer 57 stages au total lors de l’événement. Pour la 22e édition, les deux directeurs désirent miser davantage sur la qualité que sur la quantité. « Cette année on vise un peu moins pour essayer de garder de la qualité », souligne Clarence. Les offres de stage seront diffusées au mois de janvier 2018 sur le site Internet du Gala de la relève et sur la page Facebook de l’événement. Les participants ont un mois pour poser leur candidature. Clarence et Valérie veulent également s’assurer que les opportunités d’intégrer le marché du travail soient variées et pertinentes. Ils soulignent que c’est une excellente façon de se « mettre le pied dans la porte ».

Des stages pour tout le monde
Démocratiser les stages en enlevant toutes restrictions, voilà l’objectif du Gala. Pour Clarence et Valérie, c’est important de donner la chance à tous les étudiants de communication – baccalauréat et certificat – de participer. Aucun standard académique n’est requis pour tenter sa chance. Certaines offres demandent un portfolio ou encore une présentation vidéo. Le choix des candidats est effectué par l’entreprise ou l’agence qui offre le stage. « On a une plus grande variété [que l’Université] et ça te permet de choisir le stage sur lequel tu veux appliquer », explique Valérie.

Les étudiants ont également la possibilité de poser leur candidature pour le titre de « personnalité de l’année » ou encore pour souligner leur implication scolaire. Les gagnants seront déterminés par un jury composé des directeurs des autres comités et du corps professoral.

Clarence Farley, étudiant en deuxième année au baccalauréat, a partagé qu’il en est à sa deuxième année d’implication dans ce comité. « L’implication, c’est important », insiste-t-il. Il apprécie énormément travailler avec son équipe, la chimie est palpable selon lui. Son implication se retrouve dans l’expérience pertinente de travail. « On en apprend plus que dans les cours », soutient-il. De son côté, Valérie Dupont estime que son engagement scolaire est difficile, mais en vaut la chandelle. Lorsqu’elle parle de son expérience d’organisation du Gala, elle est très positive. « Ça a répondu à toutes mes attentes », affirme-t-elle.

Plusieurs nouveautés sont à venir. Les deux directeurs du Gala de la relève invitent les étudiants à rester à l’affût durant les prochaines semaines. Les directeurs nous assurent que les étudiants du baccalauréat pourront s’en réjouir.

Rédigé par : Sarah Lachance et Jean-Philippe Lessard
Crédit photo : Thomas Patry

Révisé par : Évelyne Parenteau

Articles tagués:
· · · ·
Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ · COMMUNICATION

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *