Les ornithologues amateurs indispensables à la préservation de la faune

Écrit par
Faune

Le manque d’effectifs et de fonds dans les organismes de surveillance de la faune a eu comme impact de diminuer quantitativement le suivi de l’évolution des espèces ailées. Depuis quelques années, les passionnés de l’observation amatrice des oiseaux contribuent à améliorer grandement la surveillance des oiseaux.

Le rapport L’état des populations d’oiseaux du Canada (RÉPOC), réalisé lors de l’Initiative de conservation des oiseaux de l’Amérique du Nord, dresse un état des lieux en matière d’observation des oiseaux dans le but de mieux protéger ces espèces. Entre autres, le rapport vise à créer une meilleure idée d’ensemble des mesures de conservation à mettre en place.

Des programmes de surveillance des oiseaux misent sur les biologistes professionnels pour réaliser un dénombrement aérien des oiseaux au Canada. Par contre, les programmes gouvernementaux de surveillance des oiseaux ne peuvent employer suffisamment de spécialistes pour répertorier ces espèces sur l’ensemble du territoire canadien.

Selon le RÉPOC, de nouveaux programmes ont été élaborés depuis les années 2000 et misent maintenant sur «la compétence et le dévouement de dizaines de milliers de bénévoles qui fournissent leur temps et leur savoir-faire».

Faune

Depuis 1990, le nombre d’observations fournies par les recenseurs bénévoles aux programmes de surveillance des oiseaux du Canada est en augmentation constante et amène «une précision plus grande et une meilleure couverture géographique des programmes de surveillance des oiseaux». – Rapport L’état des populations d’oiseaux du Canada.

Ainsi, des programmes officiels, comme le Relevé des oiseaux nicheurs de l’Amérique du Nord, comptent maintenant au sein de leur équipe plusieurs centaines d’ornithologues amateurs qui mettent leur passe-temps au service de la science.

Étant de petits animaux qui se déplacent beaucoup et rapidement, les oiseaux peuvent être des espèces difficiles à observer pour les individus qui n’ont pas l’œil aiguisé. Cependant, ce sont des espèces qu’il est important de répertorier de manière constante, car ces dernières jouent un rôle majeur au sein de la biodiversité. Répertorier les oiseaux permet de fournir des renseignements sur l’impact des changements climatiques sur la biodiversité ainsi que de déterminer quelles sont les mesures appropriées à appliquer.

Présentement, le RÉPOC estime que 70 % des 451 espèces sont répertoriées au Canada.

Faune

Depuis le début de leur création en 1977 au Québec, les clubs d’ornithologues amateurs attirent toujours davantage de passionnés des oiseaux. Aujourd’hui, 43 clubs d’ornithologie regroupent environ 10 000 passionnés des oiseaux. (Crédit photo : Camille Tremblay-Antoine)

Faune

La Sittelle à poitrine rousse est un petit oiseau qui joue un rôle important dans la lutte contre les insectes nuisibles. Il est donc pertinent de faire un suivi de sa répartition au Canada. (Crédit photo : Camille Tremblay-Antoine)

La Sterne arctique est un oiseau particulièrement menacé par les changements climatiques et les développements humains le long des côtes. La surveillance de cet oiseau permet de mettre en œuvre des programmes pour sa protection et sa préservation.
(Crédit photo : Camille Tremblay-Antoine)

 

Crédit photo de l’image de couverture : Camille Tremblay-Antoine

Texte écrit par Camille Tremblay-Antoine.

Révisé par Bertrand Kanga.

Articles tagués:
· · · ·
Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *