#OscarsSoWhite : où est le vrai problème?

Écrit par

Pour une deuxième année consécutive, le manque de diversité dans les nominations aux Oscars est réprimandé par l’industrie hollywoodienne. L’actrice Jada Pinkett Smith et le réalisateur Spike Lee ont même appelé au boycottage. Dans un communiqué, la présidente de l’Académie, Cheryl Isaac Boone, appuie les remarques et promet un renouveau dans les prochaines semaines. Les membres de l’Académie sont, bien sûr, insultés par ces accusations de racisme. Mais, est-ce bien du racisme ou simplement un manque d’ouverture?

L’affirmation que les Oscars manquent de couleur est un fait et non une opinion. Lorsqu’on parle de diversité, on parle, oui d’origine, mais aussi des hommes qui sont plus présents que les femmes dans les nominations. L’Académie des arts et des sciences du cinéma nomme depuis deux ans (et de nombreuses années auparavant) seulement des personnes de couleur blanche dans les hautes catégories (acteur, actrice, réalisateur, etc.) La meilleure réalisation a été disputée seulement TROIS fois entre des femmes dans toute l’histoire des Oscars. En 2009, l’ex-femme de James Cameron, Kathryn Bigelow a remporté le prix de la meilleure réalisation. En 2003, la jeune Coppola, Sofia, a été nommée. Ainsi, la première fut Jane Campion en 1993.

Je vous entends déjà dire : « Peut-être qu’aucun acteur de couleur ou aucune réalisatrice ne méritait d’être nommé? » NON. Bon, alors tous les membres de l’Académie sont des hommes blancs racistes de 70 ans? Peut-être bien, mais non. Alors, où se trouve le problème?

Un manque d’opportunités
Je vous ramène en septembre 2015, alors que pour la première fois une actrice afro-américaine remportait l’Emmy Award de la meilleure actrice. Lors de son discours, Viola Davis dit que « La seule chose qui sépare les femmes de couleur de n’importe qui d’autre ce sont les opportunités […]. On ne peut pas gagner un Emmy pour des rôles qui n’existent tout simplement pas. » Voilà où se trouve le problème. Les rôles qui sont offerts aux personnes de différentes origines sont restreints. Par exemple, on ne verra jamais une comédie romantique avec un personnage principal de couleur noire sans que cette caractéristique soit une partie intégrante du scénario.

Raciste ou pas?

Une étude du Los Angeles Times en 2012 révélait que l’Académie était composée à 94 % de personnes blanches et à 77 % d’hommes. Les membres de l’organisme reçoivent plus d’une centaine de films par année. Imaginez un employeur qui reçoit une centaine de cvs. Il va accorder de l’attention à ceux qui ressortent du lot. C’est la même chose pour les membres de l’Académie. Ils vont s’attarder aux films et aux acteurs qui ont une grosse machine de relations publiques qui les harcèlent depuis des mois. Ils vont juger un acteur d’après leur perception et d’après les liens qu’ils peuvent faire avec le personnage. Les membres de l’Académie ne sont pas racistes. Mais, ils sont encore cloués dans cet univers artistique traditionnel des années 50.

Le monde du divertissement est un gain économique important aux États-Unis. Les cérémonies de récompenses ne sont pas de simples concours de popularité. Les acteurs, réalisateurs et producteurs jouent souvent le futur de leur carrière. À Hollywood, c’est toujours une question d’argent. Loin de moi l’idée de vouloir rabaisser ces évènements que je vénère, mais la course aux Oscars est jouée entre les équipes de relationnistes et les riches producteurs de films. Les œuvres qui prennent des risques et qui donnent des rôles aux personnes de différentes cultures ne sont pas celles avec les plus grands budgets. Ainsi, ils n’ont pas les moyens de se payer l’énorme appareil de communication.

L’Académie des arts et des sciences du cinéma est une secte fermée. Si tu entres, tu seras nommé et tu gagneras à plusieurs reprises. Par contre, tant que tu n’as pas attiré l’attention sur toi, elle restera aveugle à ton talent. Maintenant que le problème est mis en lumière, peut-être qu’enfin il y aura un changement et que les Oscars pourront regagner leurs lettres de noblesse.

Image couverture

 

Articles tagués:
· · · · ·
Catégorie de l'article:
CULTURE

Commentaire

  • Merci Amanda

    Sunny 29 janvier 2016 13:36 Répondre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *