Oser le bénévolat à l’international : une expérience racontée par Coralie Beaulieu

Écrit par

L’association internationale des étudiants en sciences économiques et commerciales (AIESEC) par le biais de son programme Global Volunteer offre des stages en développement international. Coralie Beaulieu, étudiante au baccalauréat en psychologie à l’Université Laval, a participé à ce programme l’été dernier. Elle affirme que ce voyage l’a rendu plus confiante et lui a permis de s’ouvrir sur le monde.

Lorsque Coralie a entendu parler du volet Global Volunteer de l’AIESEC, elle s’est sentie interpellée. L’internationale l’intéressait depuis le début de son baccalauréat, mais celui-ci n’offrait aucune opportunité d’un séjour à l’étranger pendant la première année. Dans les offres de stage proposées par l’AIESEC, « j’ai cherché quelque chose en lien avec la psychologie et j’ai trouvé une offre dans un institut psychopédagogique en Bolivie », mentionne-t-elle.

Cette expérience constituait à faire du bénévolat auprès des enfants handicapés, orphelins et/ou ayant un trouble de comportement pendant six semaines.  « Mes tâches étaient de passer du temps et de jouer avec eux », indique-t-elle. Les bénévoles travaillent en collaboration avec plusieurs professionnels : psychologues, physiothérapeutes et enseignants, etc. Tous veulent rendre le quotidien des enfants le plus plaisant possible. « Ils sont laissés à eux-mêmes la plupart du temps, alors on leur parlait et on les occupait », relate-t-elle. Elle ajoute : « Souvent, on faisait des demandes spéciales pour avoir un ballon. Juste donner un ballon de soccer aux enfants pouvait vraiment faire la différence dans leur journée ».

En riant, elle raconte que son arrivée en Bolivie n’a pas été de tout repos à cause de plusieurs manifestations dans le pays, mais qu’elle a été très bien accompagnée [tout au long du processus de stage et pendant le stage lui-même] par les administrateurs d’AIESEC qui se trouvaient au Québec ainsi qu’en Bolivie. Pendant la durée de son séjour, Coralie logeait dans une petite maison en compagnie de plusieurs bénévoles provenant de d’autres pays. Lors de ses journées de congé, elle en a profité pour visiter le pays.

Coralie mentionne qu’AIESEC est une belle opportunité d’encadrement pour les étudiants qui n’osent pas voyager seuls à l’étranger. « C’est rassurant parce qu’il y a constamment quelqu’un pour répondre à nos questions », précise-t-elle.

Pour terminer, Coralie dit aux étudiants inscrits ou qui comptent s’inscrire prochainement à ce programme : « Bon choix! Profitez-en et gardez votre esprit ouvert afin de découvrir de nouvelles manières de vivre. Soyez ouverts d’apprendre d’autres cultures et foncez ».

Crédit Photos : courtoisie.

Catégorie de l'article:
ART DE VIVRE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *