Pommerat et Nadeau, duo théâtral choquant

Écrit par

Le 10 octobre dernier, au Théâtre de la Bordée, fût présenté la pièce de théâtre La réunification des deux Corées, écrite par l’auteur-metteur en scène français Joël Pommerat et mise en scène par Michel Nadeau. Cette pièce fraichement arrivée au Canada aborde sous plusieurs angles le thème de l’amour.

L’auteur de la pièce tragicomique s’interroge sur la complexité du rapport à l’autre quant aux relations amoureuses. Qu’est ce que nous cherchons dans cesdites relations? Quel manque comblons-nous? Pourquoi cette réaction chimique neuronale influence-t-elle nos choix de vie? C’est avec une mise en scène minimaliste et à la fois texturée que ces questions sont abordées. Le jeu des acteurs, manquant parfois de précision, soutenait cette colère et ce vide que génère ce sentiment foudroyant qu’est l’amour. Il est facile de tomber dans le cliché lorsqu’on aborde un thème aussi commun, mais ici, le metteur en scène Michel Nadeau fait ressortir toutes les nuances et les doubles sens cachés entre les lignes du texte de Pommerat. Chaque tableau est précis et cache sa propre vérité. On y voit l’aveuglement, le désespoir et l’ambiguïté, cachés dans chaque relation qu’elle soit amoureuse, maternelle, instable ou même monnayable. L’auditoire se sent amusé et se moque des personnages tantôt marginaux, tantôt stéréotypés. Inconsciemment, leurs mots voyagent dans nos têtes et finissent par aller titiller des remises en question enfouies dans nos mémoires. Sans s’en rendre compte, le public s’identifie aux personnages qu’il percevait d’idiots, il y a de ça quelques minutes.

Joël Pommerat intègre les comédiens dans le processus d’écriture pour participer non seulement au texte écrit, mais aussi à l’écriture scénique. Il refuse la hiérarchisation du texte et de la mise en scène. Cette méthode amène une exactitude et une unification de la pièce qui contribue grandement à la finesse de celle-ci. La sensibilité évoquée dans chaque tableau ébranle le spectateur et le fait sortir de lui-même.

C’est donc avec la première pièce de Pommerat mise en scène au Québec et par un metteur en scène autre que lui-même, que la pièce La réunification des deux Corées laisse le spectateur perturbé, ému et amusé.

 

Crédit photo : Pierre-Marc Laliberté

Catégorie de l'article:
CULTURE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *