Portrait d’une professionnelle de la communication politique

Écrit par

On retrouve plusieurs postes en communication au sein des diverses organisations politiques. De nombreux diplômés se tournent vers ces emplois. J’ai donc eu l’occasion de m’entretenir avec Anne-Sophie Belzile, une professionnelle de ce milieu, possédant une expérience impressionnante sur le terrain.

Diplômée de l’Université Laval avec un baccalauréat en communication publique dans le profil publicité en 2002, Anne-Sophie fait ses premiers pas dans la sphère politique en 2005. Elle est attachée politique de deux députés à l’Assemblée nationale du Québec. À l’époque, ses tâches sont de faire les relations avec les bureaux de comté et la haute gestion, l’organisation de l’agenda et la préparation de documents pour les comités parlementaires.

À la suite de cette expérience et grâce à ses compétences et aux contacts établis, Anne-Sophie entreprend de nouveaux défis dans la politique québécoise, puis canadienne. Elle fut adjointe spéciale d’une sénatrice au Sénat du Canada en 2007, adjointe spéciale principale au bureau de Stéphane Dion en 2008 et participa également au « War Room » lors de la campagne électorale de 2008 pour le Parti libéral du Canada comme coorganisatrice de la soirée électorale.

Pour Anne-Sophie, une caractéristique prime dans la sphère de la communication politique: la polyvalence. Les nouveaux communicateurs doivent être en mesure d’accomplir plusieurs tâches dans divers domaines qui ne sont pas toujours connexes et usé de débrouillardise. Elle mentionne aussi comme caractéristique la discrétion, la loyauté et l’utilisation de stratégie, car il faut être capable d’anticiper les conséquences de ses actions.

Un bon communicateur, selon Anne-Sophie, est un individu qui est capable de passer un message clair, précis et concis; une maxime qu’elle retient de son passage à l’université. Comme personne ne comprend un message de la même façon, il est nécessaire de l’épurer sous sa forme la plus simple. Par cette méthode, on évite les interprétations que l’on ne peut pas contrôler.

Ainsi, de 2008 à 2011, Anne-Sophie occupe les titres de conseillère politique et d’adjointe exécutive et législative pour une députée de la Chambre des communes à Ottawa. Cependant, elle est invitée, en 2011, à titre d’adjointe spéciale à la tournée nationale du chef Michael Ignatieff et parcourra les quatre coins du Canada durant la campagne électorale. Cette expérience enrichissante, mais exigeante, lui permet de coordonner la distribution et la révision des produits de communications destinés à la presse canadienne, en plus d’effectuer des recherches de dernières minutes pour les « briefing » quotidien du chef.

Dans un métier en constante mouvance, Anne-Sophie eut l’occasion en 2012 de faire un séjour d’un an en Allemagne à titre d’invitée canadienne, chercheuse et agente de communications pour la Brandenburg Institute on Security and Society. Depuis septembre 2013, elle est de retour au Canada et occupe maintenant un emploi au sein du leadership de l’opposition au Sénat du Canada.

Catégorie de l'article:
COMMUNICATION

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *