Pourquoi tu devrais regretter de ne pas avoir acheté de billets pour Mazza-Fortin

Écrit par

Lundi dernier, j’ai trouvé le courage d’enfiler mon costume de fille et de troquer mon pyjama imposé par la fin de session pour des vêtements un peu plus présentables et adaptés à la salle Albert-Rousseau. La raison? L’un des cinq derniers shows du flamboyant duo humoristique que forment Mariana Mazza et Virginie Fortin.

Résumer la soirée en un mot ? MALADE !

Honnêtement, si vous n’avez pas profité de l’occasion qui s’offrait à vous, j’ai de la peine pour vous. Ne pensez pas avoir le temps de vous rattraper. En effet, le spectacle présenté lundi soir était le premier des cinq derniers présentés par les humoristes.

Avant toute chose, il est important de comprendre que Mazza et Fortin ne sont pas un duo à la Dominic et Martin. Si les deux jeunes femmes font acte de présence ensemble à quelques moments clés du spectacle, il s’agit plutôt d’un partage de la scène. Pas assez connues pour partir en tournée chacunes de leur côté, elles ont décidé de monter un spectacle réunissant leurs deux types d’humour. C’est définitivement une idée de génie. Un an et demi plus tard, elles ont fait leur place dans les domaines de l’humour et de la télévision de façon extrêmement efficace.

Dans la première partie, on a la chance de découvrir l’énergie explosive, voire atomique, de Mariana Mazza et ses gags à saveur de multiculturalisme et de petits fails du quotidien. Après l’entracte, on assiste avec délice à l’humour plutôt ironique et un peu bitchy de Virginie Fortin. Les gags au ton sarcastique, mélangés à ceux un peu plus légers (on parle ici d’une bonne dizaine de minutes passées à déblatérer sur les activités relatives à la toilette) sont une recette gagnante. Un vrai régal.

Je m’attendais à rire comme une folle lors de cette soirée. J’avais tort. En fait, mon amie et moi avons plutôt réalisé une réplique assez réussie de hyènes dans leur habitat naturel. Imitation on point. Le mot «rire» est un euphémisme du son relevant du hurlement qui sortait de ma bouche. En fait, je pense que je suis morte deux ou trois fois pendant le spectacle. Si quelqu’un était réellement mort à côté de moi, je ne m’en serais probablement pas rendue compte. C’était excellent. Le croisement entre les deux types d’humour est du bonheur à l’état pur.

Ces deux filles sont un match parfait. Je suis heureuse d’avoir pu profiter de ce mélange brillant. Toutefois, il n’est pas triste de voir le duo se séparer. Il me tarde de pouvoir assister à leurs spectacles individuels. D’ailleurs, à partir d’aujourd’hui et du 11 décembre prochain, les billets pour le nouveau one woman show, Femme ta gueule, de Mariana Mazza seront mis en vente. Un titre des mieux choisis, si vous voulez mon avis.

Merci à Mariana Mazza et Virginie Fortin pour cette soirée démente.

Un merci tout spécial pour leur patience et leur générosité avec leurs fans.

Un autre merci, aussi, pour avoir embarqué dans les idées de photos de fin de show les plus débiles.

Et merci à Virginie Fortin d’avoir retenu son « envie de pipi de malade, j’vais essayer de me retenir» lorsqu’elle s’est assise sur mes genoux pour la photo. Mes jeans et moi, on a apprécié l’effort.

Image couverture

Catégorie de l'article:
CULTURE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *