Première de Mon ami Walid : drôle et sincère

Écrit par

Mon ami Walid, c’est un projet personnel et ambitieux réalisé par Adib Alkhalidey, avec en vedette Julien Lacroix, présenté au Grand Théâtre de Québec le 31 janvier dernier. Une séance intimiste qui a réussi à conquérir son auditoire grâce à la proximité des deux humoristes avec leur public.

Écrit par Chloé Bonnefoy et Laurence Bouillon

Avec 10 jours de tournage, un budget de 150 000$ et la générosité de plusieurs acteurs qui ont accepté de participer au film, Mon ami Walid est une œuvre très humaine et remplie d’émotions. Les deux artistes ont d’ailleurs pris le temps de présenter leur travail avant la projection pour ensuite répondre aux questions posées dans la salle concernant leur processus artistique.

À ce propos, Alkhalidey et Lacroix ne manquent pas d’anecdotes : entre la participation de la mère et des voisines du premier aux nombreuses improvisations du second lors du tournage, les deux artistes décrivent ce projet comme familial. Dans le même ordre d’idées, ils expriment une grande reconnaissance envers le public, puisque les profits générés par la vente des billets serviront à rémunérer les acteurs.

Plus qu’un projet personnel, c’est un projet rempli de sincérité : de plusieurs conversations complices entre les deux têtes d’affiche, des situations avouées l’un à l’autre ont mené à l’articulation progressive d’un récit. Ce sont ces situations vécues, de près ou de loin, qui sont racontées dans Mon ami Walid. Sont abordés des thèmes sérieux tels que la maladie mentale, le suicide et la solitude, et ce sous une couche d’humour cru.

Une œuvre proche de sa réalité

Mon ami Walid, c’est d’abord l’histoire de deux jeunes hommes qui travaillent dans le même supermarché et qui sont obligés de se rapprocher lorsqu’Antonin assiste à la tentative de suicide de Walid. Ce dernier se voit regretter son échec à l’attribution de son nouvel ange gardien qui, malgré ses bonnes intentions, mène la vie dure à son nouveau meilleur ami. Leur chemin vers la rédemption sera pavé de situations absurdes qui ne manqueront pas de faire rire le public, jusqu’à un revirement de situation qui fait s’achever le film sur une toute autre note.

À cet égard, la fin ne manque pas de surprendre : avec un scénario qui alterne humour et absurdité, le dénouement est totalement inattendu et change définitivement la perception que le public s’était bâtie jusque-là. Le film se termine d’ailleurs sur une question à laquelle les deux artistes refusent de répondre : ils préfèrent que les spectateurs repartent en débattant entre eux pour construire leur propre interprétation.

Un film humoristique rempli d’émotions de sa création à son visionnement, Mon ami Walid continue sa tournée à travers les salles de spectacles du Québec tout au long du mois de février.

Site internet officiel et vente de billets : https://monamiwalid.ca/

Crédit des photos : Chloé Bonnefoy

Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ · CULTURE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *