Présentement, pensons au futur

Écrit par
futur

Quelque chose de si incertain, mais sur lequel repose presque tout notre être. Effrayant tout en étant rempli d’espoir. Certains ne le trouvent plus aussi attirant et décident de le laisser tomber, alors que d’autres ne continuent que pour savoir. Savoir s’ils sont destinés à accomplir leurs plus grands rêves ou trouver leur âme sœur, qu’ils croient en leur existence ou non. Ou si ce qui les attend n’est que défaites et déception. Déception, rimant avec dépression, mais aussi progression. Notre chemin, notre perception, à nous de choisir.

Choisir de se lever chaque matin heureux d’être en vie ou malheureux de notre vie. Être reconnaissant de ce qu’on possède ou ne penser qu’à ce qui nous manque. Profiter de chaque moment ou attendre le «bon» moment. Saisir des opportunités ou regretter des occasions manquées. Notre chemin, notre perception, à nous de choisir.

Lors de toutes nos batailles perdues, il nous faut nous rappeler que certains mènent une guerre.

Malgré toutes nos batailles perdues, il nous faut espérer que la prochaine sera une victoire.

Pour, ensuite, commencer à apprécier moins sans demander plus.

«Je le fais déjà», certains diraient. Quoi de mal à se le faire rappeler. Rappeler qu’on a une chance que des milliers, même des millions n’ont pas. Penser à ceux dont les premiers mots étaient «misère» et «solitude» alors que les nôtres étaient «maman» et «encore». Se rappeler la chance que nous avons d’être dans notre situation, sachant très bien que nous aurions pu être à la place de ceux qui nous envient. Pourquoi gaspiller notre existence à demander plus alors que nous avons déjà tout?

J’ai moi-même tendance à me plaindre sur des choses que des milliers de personnes aimeraient avoir. J’ai compris qu’il me fallait apprécier les choses que je croyais détester. Me réveiller chaque matin, non pas en pensant à quel point mettre mes lentilles cornéennes m’exaspère, mais bien en étant reconnaissante de toujours pouvoir voir. Aller prendre l’autobus, non pas en me plaignant de la température, mais bien en étant reconnaissante de pouvoir marcher avec mes deux jambes. Étudier pour mon examen, non pas en me demandant pourquoi c’est aussi dur, mais bien en étant reconnaissante d’avoir droit à une éducation.

Mon chemin, ma perception : à moi de choisir.

 

Révisé par : Évelyne Parenteau

Catégorie de l'article:
ART DE VIVRE

Commentaire

  • Wow! J’adore, très inspirant.

    Kim 11 février 2018 21:57 Répondre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *