Qui est cet homme ?

Écrit par
Fidel

Le 25 novembre dernier, je reçois une alerte de figaro.fr sur mon téléphone, je lis l’article et ce dernier annonce la mort de Fidel Castro. Choquée ou compatissante je ne sais pas, mais en tant que future journaliste, la notion de la rapidité prime, je dois absolument faire un tweet sur l’évènement. Mais quelle sera le contenu de mon tweet puisque que j’ignore réellement qui est cet homme, hors mis le fait qu’il fût un grand révolutionnaire cubain.

En lisant quelques articles dans la minute qui suivit, je suis tombée sur trois articles qui parlent de combien la santé et l’éducation cubaines ont été ses plus grandes réussites. Eurêka !! J’ai trouvé le contenu de mes 140 caractères.

Je me suis tout de même posée une question. Qui est réellement cet homme ? Des milliers de personnes ont écrit des messages de soutien sur les réseaux sociaux pour Fidel Castro sans réellement savoir qui il était. Qu‘avait-il fait ? Pour qui et dans quel but ?

S’aventurer à écrire sur ce grand révolutionnaire serait l’équivalent de rechercher une aiguille dans une boite de foin. Au courant de son existence, il a fait face à plusieurs régimes et plusieurs idées dans le monde entier qui font de lui un homme dont presque tout le monde parle ou a déjà parlé.

 Origine 

Fidel Castro est né le 13 août 1926 à Birán dans la province de Holguín à Cuba. Il est décédé le 25 novembre dernier, à La Havane. Fidel Castro est un ancien chef d’État cubain. Il était l’un des principaux dirigeants de la Révolution cubaine lors de laquelle il renversa le régime dictatorial du général Fulgencio Batista. Successivement Premier ministre de l’île de février 1959 à décembre 1976, puis président du Conseil d’État de Cuba  depuis la création de cette fonction et également président du Conseil des ministres, jusqu’à sa démission pour des raisons de santé en février 2008. Toutefois, c’est son frère qui reprendra le flambeau.

 La révolution

Le 26 juillet 1953, à 27 ans à peine, il soulève une révolte contre l’impopulaire dictateur Fulgencio Batista et attaque la caserne militaire de la Moncada, à Santiago. 80 rebelles ont été tués durant l’opération, qui sabotée a été un désastre. Le jeune révolutionnaire est alors condamné à 15 ans de prison. Il est amnistié deux ans plus tard et s’exile au Mexique pour préparer le coup de sa vie. En 1956, il revient clandestinement à Cuba avec 80 de ses compañeros à bord d’un canot de plaisance nommé : « Granma ». Après des combats acharnés contre l’armée de Batista, il se retire avec les survivants, dont son frère Raul accompagné de Camilo Cienfuegos et d’Ernesto « Che» Guevara, dans la forêt de la Sierra Maestra.

 Obsèques

Selon l’Agence France-Presse, durant la semaine d’hommages à travers Cuba, une procession transportant les cendres de l’ex-président cubain traversera le pays pendant quatre jours. Les funérailles de Fidel Castro ont eu lieu le 4 décembre dernier à Santiago de Cuba.

« Health and education of cuba say thanks #ripfidelcastro », c’est ainsi qu’était formulé mon tweet en hommage au révolutionnaire. En lisant les articles et tous les écrits de différents genres, tout lui est reproché, de la révolution à sa mort, mais la santé et l’éducation sont les seuls domaines dans lesquels il est félicité et considéré comme un héros. Chacun peut accéder aux soins et à l’éducation, sans compter la une quantité de services gratuits ou subventionnés dont les Cubains profitent. En reconnaissance de ses efforts, Fidel Castro fut le premier chef d’État à recevoir la médaille de la Santé pour tous, décernée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Castro a notamment lancé une campagne d’alphabétisation afin de permettre aux provinces qui avaient un taux d’analphabétisme plus élevé, entre autres la province Oriente où le niveau d’éducation était de l’ordre de 50 %, avec un fort taux d’immigrés venant notamment d’. Lors d’un discours à l’automne 1960 devant les Nations unies, Fidel Castro annonce que Cuba serait « le seul pays qui pourra dire, après quelques mois, qu’il ne possède plus un seul illettré ». Dans cette même perceptive, il a envoyé près de 270 000 professeurs et étudiants à travers le pays pour apprendre à lire et à écrire à ceux qui le désiraient. Une fois que le cycle d’apprentissage fini, toute personne était encouragée d’envoyer une lettre à Fidel Castro comme test. Le musée national de l’instruction cubaine conserve notamment 700 000 de ces courriers.

Patriote et déterminé

Les lectures sur Fidel Castro ont été passionnantes parce qu’elles racontent la vie d’un homme qui s’est battu jusqu’à ses dernières forces afin de défendre ses idées et sa passion pour l’amour de sa patrie. Étant de la génération qui ne connait presque pas de révolution guerrière, apprendre des gens qui ont donné leur vie pour la survie et la défense de leur patrie est une leçon de vie. L’on ne peut défendre sa quête, son combat si l’on n’est pas déterminé.

Ajustement de la syntaxe. Paragraphe initial : Les lectures sur Fidel Castro ont été passionnantes la vie d’un homme qui s’est battu jusqu’à ses dernières forces afin de défendre ses idées et sa passion pour l’amour de sa patrie, étant de la génération qui ne connait presque pas révolution guerrière apprendre des gens qui ont donné leur vie pour la survie et la défense de leur patrie est une leçon de vie. L’on ne peut défendre sa quête, son combat si on n’est pas déterminé.

Sources : ici et ici.

Crédit photo de l’image de couverture.

Texte révisé par : Maryse Robert

Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *