Radicalisation et terrorisme : terreau fertile à la confusion

Écrit par

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, les recherches sur le terrorisme ont gagné en popularité comme jamais auparavant, bien que le terrorisme existait déjà depuis longtemps. Cependant, ces recherches, surtout portées sur le djihadisme, proposent une vision principalement occidentalo-centrée du terrorisme et certains termes peuvent porter à confusion. Aurélie Campana, professeure titulaire de science politique à l’Université Laval, propose dans son livre L’impasse terroriste : violence et extrémisme au 21e siècle, de faire la distinction entre quelques concepts du terrorisme souvent mal interprété par la population.

Alors qu’on pourrait croire que le terme «terrorisme» est assez récent dans l’histoire, il est en réalité apparu durant la Révolution française pour désigner une technique de gouvernement basée sur la violence et la terreur. Au fil du temps, le terme terrorisme s’est vu être identifié à divers groupes non étatiques, nationalistes, religieux, d’extrême droite ou d’extrême gauche, aux motivations diverses, mais ayant tous un point en commun : l’utilisation de la violence.

Jusqu’ici, tout est clair. Le terrorisme implique obligatoirement une forme de violence, car c’est le moyen radical choisi pour faire passer un message en semant la terreur. Ainsi, tous les terroristes sont forcément radicaux. Toutefois, tous les radicaux ne sont pas forcément terroristes. On peut facilement remarquer la confusion dans l’utilisation à tort et à travers des termes terrorisme, djihadisme et radicalisation, qui ne sont pas du tout des synonymes. En effet, «seule une infime minorité de personnes dites radicalisées ou radicales évoluent vers la violence et/ou le terrorisme», souligne l’auteure. On peut donc adhérer à des idées radicales sans pour autant vouloir les mettre en application. À titre d’exemple, bien que les idées de la Meute soient radicales, un militant de cette organisation peut souhaiter que la violence ne soit pas utilisée pour obtenir des changements. Un autre facteur qui peut faire en sorte que la radicalisation soit un terme contesté tient dans la subjectivité de ce dernier. En effet, pour un Québécois «de souche», le port du niqab ou de la burqa en public peut signifier l’expression d’une radicalité religieuse, alors que dans plusieurs pays, ce geste est vu comme la norme.

Un processus aléatoire

Depuis les attentats de Londres en 2005, les études sur la radicalisation se sont multipliées. Les chercheurs ont commencé à s’intéresser davantage à ce phénomène à partir de ce moment, car, malgré le fait qu’Al-Quaida aurait potentiellement orchestré l’événement, les kamikazes qui ont participé à ces attentats étaient tous des loups solitaires, natifs d’Angleterre et n’ayant jamais fréquenté une zone de guerre ou même un camp d’entraînement de l’organisation. L’engouement pour ces recherches, alimenté par l’urgence des demandes politiques, en vient à fournir différentes conclusions, dont une plus globale : les processus de radicalisation sont «modelés par les dispositions individuelles, l’environnement social immédiat de l’individu, la compréhension qu’il en développe, ainsi que par des dimensions structurelles et organisationnelles». Un individu plus fragile psychologiquement est donc plus à risque, et il l’est encore plus si son milieu est propice au développement d’idées extrémistes. L’individu instable psychologiquement et étant en quête d’identité peut donc voir dans l’adhésion à une organisation terroriste la solution à tous ses problèmes, considérant la terre promise qui lui est offerte.

Le terrorisme est un sujet tabou, stigmatisé et extrêmement complexe. Si vous désirez être plus informés sur les phénomènes connexes au terrorisme et ainsi mieux saisir la complexité de ce sujet, la lecture du livre L’impasse terroriste : violence et extrémisme au 21e siècle s’avère être l’outil idéal pour y arriver.

Source : CAMPANA, Aurélie. 2018. «L’impasse terroriste : violence et extrémisme au 21e siècle». Éditions MultiMondes.

Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ · IDÉES

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *