La saison de l’entre-deux

Écrit par
Vélo

« Pour être bon, il faut s’entraîner à fond, tout le temps. » FAUX! Des cyclistes de la vieille école diront que ce sont les miles accumulés qui vous feront gagner une course ou encore qu’il faut s’entraîner par intervalles intenses tous les jours pour y arriver.

Doublement faux.

Pour les cyclistes et les paracyclistes, les compétitions ont généralement lieu entre les mois d’avril et de septembre, et parfois même jusqu’en octobre. Or, afin d’arriver bien préparé et en bonne condition de course, il est primordial de suivre les étapes propres à la préparation. Durant plusieurs mois, il est question de vélo, mais aussi de tout autre sport pratiqué régulièrement. Il y a une fatigue mentale qui s’installe au fur et à mesure que la saison avance.

La saison de l’entre-deux, soit cette période de l’année où il est permis de pratiquer une activité de notre choix et selon le rythme que nous désirons et à une intensité qui nous est confortable, sert justement à ça, réduire la fatigue. « La période suivant une saison est primordiale à la préparation de la saison suivante puisque son rôle est d’évacuer à la fois la fatigue physique, mais surtout la fatigue mentale », dit Éric Van Den Eynde, entraîneur de haut niveau. C’est un temps de l’année que j’aime bien, car c’est une période où je suis le plus motivée en regardant ce qu’il y a devant plutôt que de rester avec ce qui s’est passé.

Avec le froid qui commence à pointer le bout de son nez et la neige qui a déjà fait son apparition, le vélo entame sa période d’hibernation. Pas pour longtemps ! Au lieu de remiser le vélo jusqu’à la fin de l’hiver, c’est le moment idéal pour se procurer une base stationnaire, qui permettra de continuer à faire du vélo, à l’intérieur. Un avantage de la base stationnaire par rapport au spinning est que vous utilisez votre propre vélo; pas de vélo à ajuster, tout est déjà réglé selon votre morphologie. D’ailleurs, si ce n’est pas encore fait, profitez-en pour vous faire positionner sur votre vélo! Ça va vous éviter bien des problèmes! Si vous avez besoin d’un coup de main, posez-moi vos questions, il me fera un plaisir d’y répondre.

Velo

Crédit photo : http://www.francoischarron.com/un-support-dentrainement-pour-rendre-son-velo-stationnaire-/-/T8HOOsC4Ao/

À part du vélo stationnaire, qui peut parfois être ennuyant (est-ce que quelqu’un aime vraiment être entre quatre murs durant des heures sans divertissement? Essayez des cours de groupes! Une salle comme l’Académie Cycliste du Québec offre une panoplie de services pour les gens qui veulent rouler dans une ambiance motivante), il y a aussi le fat bike. Fat bike? Un vélo de montagne avec des pneus entre 4’’ et 5’’ de large. Le fat bike s’avère un bon entrainement l’hiver dans la neige ou dans les sentiers de vélo de montagne. Bon complément du ski de fond également.

Crédit photo : http://www.bikeradar.com/us/mtb/gear/article/best-fat-bikes-44365/

Bref, pendant qu’il commence à faire trop froid pour sortir le vélo et que la neige arrive, c’est le temps de lâcher son fou et de vaincre la dépression annuelle accompagnant les journées plus courtes en pratiquant une activité qui nous procure du plaisir. Puisque, dans le fond, le but est simplement d’avoir du plaisir et rester en bonne condition avant que l’hiver s’installe pour de bon, et que, le vélo soit légèrement laissé de côté pour faire de la place au ski…

Texte révisé par Bertrand Kanga.

Crédit photo pour l’image de couverture.

Catégorie de l'article:
SPORT

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *