Environnement : savoir faire une différence

Écrit par
environnement

C’est bien connu, l’environnement n’a pas la vie facile de nos jours. On sait tous l’importance de prendre soin de notre planète, mais on a souvent tendance à l’oublier avec nos vies mouvementées. Personnellement, l’environnement ça me tient à cœur. Donc comme la plupart des gens qui ont conscience de cette problématique, je recycle, j’apporte toujours mes sacs réutilisables à l’épicerie et je ne laisse jamais l’eau couler trop longtemps.

Récemment, j’ai été sensibilisée à une cause environnementale qui a pris beaucoup d’ampleur au cours des dernières années : la pollution des océans à cause du plastique. C’est une problématique qui met en danger l’écosystème et qui, par le fait même, amène le plastique directement à nos assiettes.

Pour illustrer un peu la situation :

  • Si on continue de polluer les océans au rythme où on en est aujourd’hui, il va y avoir plus de plastique que de poissons dans les océans en 2050.
  • La majorité des animaux consomme du plastique sans le vouloir. Plusieurs baleines ont d’ailleurs été retrouvées avec d’énormes à l’intérieur d’elles, des quantités qui peuvent se comparer à la grosseur d’une voiture.
  • L’écosystème entier est mis en danger en raison de 10 millions de tonnes de plastique déversées dans les océans chaque année. Les conditions dans lesquelles certains animaux sont retrouvés sont déplorables et beaucoup d’entre eux meurent intoxiqués. environnement animal
  • De plus, de véritables îles flottantes de déchets sont retrouvées dans les océans partout autour du monde. La formation de ces îles s’est effectuée au fur et à mesure que les déchets ont été déversés dans l’eau. La carte ci-dessous illustre où elles sont situées.                                                                                                       environnement

Malgré la gravité de la situation, il est possible de faire une différence en changeant quelques petites habitudes quotidiennes. En plus d’aider une cause vraiment importante, les moyens pour y arriver sont très simples.

Voici donc quelques trucs et astuces afin d’aider tous ceux qui se sentent concernés par cette situation et qui souhaitent minimiser leur impact sur la pollution au plastique :

  1. Arrêter d’utiliser des pailles de plastique à usage unique. Dit comme ça, ça n’a l’air de rien, mais c’est lorsque tu arrêtes de les accepter que tu réalises à quel point tu en utilisais beaucoup. Surtout que d’après les statistiques, les pailles de plastique sont le 5ième déchet le plus retrouvé dans les océans. Elles sont utilisées de façon quasi-systématique dans les bars, restaurants et cafés, et on a tendance à les accepter sans se poser de question. Pour perdre cette mauvaise habitude, il suffit juste de prendre le réflexe de préciser au serveur que tu ne veux pas de paille de plastique dans ton drink du jeudi soir. En plus en faisant cela, peut-être que ton entourage aura envie de suivre ton exemple et qu’ultimement, cela influencera le comportement des restaurateurs. Si tu as l’habitude de souvent utiliser des pailles chez toi, il y a toujours l’option d’en utiliser en plastique réutilisables, en métal ou en verre.
  1. Boycotter les microbilles. Bon, c’est quoi ça ? Selon Radio-Canada, les microbilles sont de très petites billes de plastique que l’on retrouve dans plus d’une dizaine de produit d’hygiène comme dans certains exfoliants, pâtes à dents et shampoings. Les microbilles sont une des formes les plus insidieuses de pollution par le plastique car elles passent outre les systèmes de traitement des eaux usées et deviennent donc une source alimentaire pour le zooplancton et les poissons dans l’écosystème. Pour être sûr que tu n’en utilises pas à ton insu, tu n’as qu’à regarder la liste d’ingrédients des exfoliants, shampoings et dentifrices qui trainent dans ta salle de bain. Parfois, le nom porte à confusion, mais les mots « polyéthylène » et « polypropylène » désignent également la présence de ces petites billes de plastique. Pour les exfoliants, s’il n’y a pas d’abrasif naturel comme le sel de mer ou le sucre, il y a de forte chance que les microbilles soient présentes.
  1. Utiliser des sacs de plastique réutilisables. Et pas seulement ceux pour l’épicerie, mais aussi les petits « zip lock » dans lesquels tu mets tes sandwichs Juste en regardant autour de moi, je me rends compte à quel point tout le monde en utilise tous les jours. Aujourd’hui, il est possible d’en acheter des réutilisables à fermeture éclair ou à bandes auto-agrippantes. Le site propose des modèles, mais tu peux aussi t’en procurer en magasin en faisant quelques recherches.                              sacs de plastique réutilisables

Il existe plusieurs autres façons pour diminuer sa consommation de plastique, mais en faisant ces trois petites choses, c’est déjà un bon départ.

Pour en apprendre encore plus sur le sujet, c’est par ici.

Texte écrit par Danaé Maltais et révisé par Maryse Robert.

Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *