TDAH : Réduire le H pour augmenter le A

Écrit par

L’année scolaire est dûment entamée ; les dates d’examens commencent à remplir les agendas des élèves de tous les niveaux scolaires et les dates d’échéances se rapprochent de jour en jour. Les travaux, les rapports et les projets d’équipes envahissent maintenant les pensées de ces élèves. Leur concentration est mise à rude épreuve. Déjà amputées de la concentration, les personnes atteintes du TDAH ne savent plus où donner de la tête et choisissent la solution facile au lieu de concevoir les autres solutions possibles. Hélas, la médication n’est pas toujours le remède le plus efficace.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le traitement médical s’avère inefficace après deux ans. En effet, selon les résultats rapportés par l’American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, à long terme, les médicaments n’apporteraient plus les effets escomptés. C’est d’ailleurs ce qu’affirme l’AACAP en disant que « les médicaments contre le TDAH n’apporteraient plus de bienfaits mesurables aux enfants après deux ans de traitement seulement. »

Sans être vraiment au courant de cette déclaration de l’AACAP, plusieurs personnes atteintes de TDAH acceptent tout de même de prendre des psychostimulants comme le Ritalin ou d’autres comme le Strattera afin d’avoir le contrôle sur leur concentration. Pourtant, cette décision est loin d’être banale comme on pourrait le prétendre. La consommation de ces psychostimulants agit sur la santé de ceux qui les prennent. Les effets secondaires les plus connus sont la perte d’appétit, l’insomnie, les maux de tête et les maux d’estomac. Une étude américaine de la Multimodal Treatment Study of Children with ADHD relève que 64 % des participants ont subi des effets indésirables, dont 11,4 %, des effets modérés et 2,9 %, des effets secondaires graves. La majorité des réactions sévères concernaient la dépression, l’irritabilité et l’anxiété.

Qu’en est-il des effets à long terme sur le corps humain ? L’un de ces effets est l’augmentation du rythme cardiaque. Seulement 81 événements cardiovasculaires graves ont été recensés. Cependant, il ne faut pas minimiser le risque que les psychostimulants peuvent causer au niveau cardiovasculaire. En effet, lors d’essais cliniques sur le Strattera, marque connue de psychostimulant, on a constaté une augmentation de la tension artérielle variant entre 10 et 20 mmHg.

J’aimerais porter votre attention sur la définition qu’a faite L’ANSM de ce composé chimique.

Le méthylphénidate est un psychostimulant indiqué dans le trouble du déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH) chez l’enfant de 6 ans et plus, dans le cadre d’une prise en charge globale, lorsque des mesures correctives psychologiques, éducatives, sociales et familiales seules s’avèrent insuffisantes. (L’ANSM. 2013)

L’insuffisance ou l’échec des autres solutions devraient amener les personnes atteintes d’un TDAH à se médicamenter, pas l’inverse. Cette définition explique l’ordre chronologique des solutions qui doit être induit dans la réflexion de ceux qui souhaitent atténuer leur trouble d’attention. L’un des principaux problèmes d’une personne atteinte d’un TDAH est sa difficulté à s’adapter à l’environnement dans lequel il se trouve. L’une des solutions proposées par Richard Friedman, psychiatre et directeur de la clinique psychopharmacologique au Weill Cornell Medical College, est le maintien d’un niveau de dopamine élevé dans le cerveau. Il précise en disant que « plus le niveau de récepteurs de la dopamine est bas, plus les symptômes de l’inattention des sujets sont importants.» Le TDAH doit se récompenser et restructurer son environnement en conséquence.

Une personne TDAH est hyperactive. Elle n’a pas juste besoin de bouger, elle doit bouger. Il serait contre nature de l’empêcher de dépenser cette énergie qui l’envahit à l’intérieur et qui demande juste à surgir. Bouger lui permet de stimuler son attention. Lorsque l’on comprend cet élément, il est plus facile d’adapter les situations en conséquence. Par exemple, lors d’une journée d’examen, une personne TDAH qui va courir avant d’aller à son examen aura plus de facilité à focaliser son attention sur la réussite de cet examen. Un article intéressant sur la question dans Le Soleil explique que « le problème se résout souvent en faisant faire plus d’exercice aux enfants et en les faisant dormir juste un peu plus. » Qui aurait cru qu’il était aussi simple de gérer le TDAH ?

Crédit photo : https://pixabay.com/fr/thermom%C3%A8tre-maux-de-t%C3%AAte-la-douleur-1539191/

Sources :

http://aqnp.ca/documentation/developpemental/tdah/

http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2016/06/13/effets-secondaires-banalises

https://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/8dd1277a3867155547b4dce58fc0db00.pdf

https://www.leretourdeszappeurs.com/mediagraphie/solution-naturelle-t-d-h/

https://www.lesoleil.com/archives/le-tdah-se-traite-sans-ritalin-5d328e8c5511ead09a626d26104c82d4

https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=2007111567

 

Articles tagués:
· · · ·
Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *