Tout le monde part en voyage

Écrit par

Quel est le désir, parfois si fort, qui nous prend de vouloir partir en voyage? Découvrir du pays, marcher sur une terre autre que la nôtre. Aller loin, toujours plus loin. Pourquoi?

L’étranger est attirant, c’est comme une page blanche, tu y laisses pour la première fois tes traces. Tu regardes pour la première fois ces paysages, ces gens, ces couleurs. Tu goutes de nouvelles choses, tu entends des langues qui ne semblent rien dire. Tu te rends compte que l’étranger, ce n’est pas le pays, c’est toi. Tu es l’inconnu de ce monde où tu viens de mettre les pieds. Tu as la chance de devenir qui tu veux, une chance d’explorer une parcelle de notre Terre, mais aussi d’explorer une parcelle de ton être.

S’il faut se perdre pour se retrouver, alors le désir de s’égarer ne devient-il pas l’essence même de notre aventure? Ce besoin d’inconnu, de nouveauté et d’être étranger ne dépasse-t-il pas celui de s’installer, de connaître et d’être découvert?

Je suis de ceux qui croient qu’on choisit notre parcours. On choisit de se perdre ou de rester trouvé. On choisit de garder l’équilibre ou de tomber, tomber juste à côté, tomber doucement pour mieux voir les chemins à emprunter. Partir en voyage pour fuir ou mieux revenir?

Il y a ceux qui partent en voyage chez eux. Un voyage à la maison. Ce sont ceux qui ont un esprit libre, qui découvrent et redécouvrent. Apprécier les choses que nous avons pour tenter d’oublier celles que nous n’avons pas. Ouvrir ses yeux. On vit souvent les yeux fermés. C’est plus facile ainsi, pas besoin de perdre son temps à admirer, à regarder à nouveau les choses qu’on peut observer tous les jours. Garder les yeux fermés pour regarder dans notre tête, s’évader, s’imaginer ailleurs. Si c’était différent. Si on ouvrait les yeux, sur ces gens qui nous entourent, qui nous parlent, nous sourient. Ils sont là, vous aussi. Si on ouvrait les yeux, on constaterait peut-être qu’on est continuellement en voyage. Voyager à la maison, c’est de se laisser vivre avec les saisons, vivre avec les humeurs de chacun et vivre avec le désir d’être qui on voudrait devenir.

Il y a ceux qui partent en voyage à ce qui nous semble l’autre bout du monde. Ceux qui roulent sous les étoiles sans s’arrêter, qui brûlent d’un feu éclatant. Ils ne sont pas chez eux s’ils sont sur place. Ils s’épuisent dans le connu, l’explicable et le confortable. Il vaut mieux vivre au rythme effréné du courant qui les mène d’un endroit à l’autre. Se détacher de presque tout pour lever l’ancre au gré de leurs envies. Ce sont des voyageurs authentiques. Libres. Libres de s’agripper lorsqu’ils ont peur de chavirer, libres de sortir les voiles lorsqu’ils en ont assez. Voyager pour se sentir plus vivant que jamais, c’est ça aller voir ailleurs.

Tout le monde part en voyage de la manière qu’ils veulent. Certains ont leurs bagages dans leur garde-robe, d’autres les trainent sur leur dos, mais tous s’évadent.

Articles tagués:
· · ·
Catégorie de l'article:
VOYAGE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *