Université Laval en spectacle : une mine d’or de talents

Écrit par
Université Laval en spectacle

Giridhar Raghunathan
© Frédérike Béland

C’est en solo et en équipe que se sont affrontés les 16 candidats de la finale d’ Université Laval en spectacle mercredi soir dernier. Une compétition très serrée mariant l’humour, la danse, le chant et la musique qui a su charmer autant le public que le jury.

Le spectacle a d’abord débuté par un mot de bienvenue de l’animateur, visiblement nerveux, qui en était à sa première expérience. Les candidats qui ont cassé la glace sont Pierre-Hervé et Gabriel Donais, deux musiciens à l’air sympathique qui ne semblent pas du tout importunés par le fait de performer en premier. Dès la première note, l’envie de taper du pied de façon rythmée s’empare des spectateurs. C’est après cette performance que les oreilles des spectateurs ont été choyées par des notes de piano mélangées à un brin de théâtre de la part de Justine Murray et Doriane Lemay, deux musiciennes exerçant leur art sur le même piano. C’est sans aucun doute grâce à leurs expressions faciales colorées et à leur habile talent qu’elles ont reçu le prix de « coup de cœur du public ». Un prix coup de cœur ex aequo après recomptage a été remis à Sara Bolduc et Rebecca Breton. Shayne Michael-Thériault est ensuite entré en scène en jouant le rôle d’un épouvantail. Une prestation qui en a surpris plus d’un par son étrangeté, mais aussi par le message psychologique caché au travers de ces pas de danse où le corps est visiblement mis en valeur. C’est avec cette prestation qu’il obtient la deuxième place du concours et qu’il remporte une bourse de 250 $. Maxime Gauthier et Camille Caron sont ensuite entrés en scène, piano pour lui, micro pour elle. Ils revisitent une chanson de Gilles Vigneault, une bonne performance, mais sans artifice.

Université Laval en spectacle

Thomas Langlois
© Frédérike Béland

Quatre musiciens ont ensuite fait leur entrée et livré une performance joyeuse en revisitant un classique des années 1920. Un brin d’humour est ajouté alors qu’ils se déshabillent légèrement au début de la performance pour ensuite se rhabiller très rapidement vers la fin, pour la plus grande tristesse des demoiselles présentes. C’est leur charisme et leurs doigts bougeant à toute vitesse qui ont charmé les spectateurs. Le public a ensuite voyagé jusqu’en Inde avec Giridhar Raghunathan qui a offert une prestation de danse des plus originales, accompagné de son sourire contagieux et de son costume blanc et or. Visiblement, cet étudiant au deuxième cycle en médecine expérimentale a impressionné le public par ses mouvements gracieux et son énergie contagieuse. Ce sympathique danseur, qui habite au Québec depuis deux ans seulement, dit « aimer beaucoup le Québec ». Il pratique la danse depuis 16 ans et s’est dit content de sa performance, puisqu’il a remporté la troisième place et une bourse de 150 $. Par la suite, c’est Thomas Langlois qui a impressionné le public par sa diction extrêmement rapide. En effet, ce jeune homme pratique le slam, un art où les mots se bousculent à toute vitesse afin de raconter une histoire, et ce, d’une façon légèrement musicale. « Mais comment il fait? » fut sans doute la question la plus prononcée par les lèvres des spectateurs mercredi soir dernier. Le talent incroyable de Thomas a été récompensé puisque c’est lui qui a remporté le premier prix, c’est-à-dire une bourse de 500 $ et une invitation à participer à la finale d’ Université en spectacle, qui aura lieu le 4 avril prochain à Trois-Rivières. Sara bolduc et Rebecca Breton nous ont fait revisiter trois grands classiques musicaux, dont Stairway to Heaven, pour le plus grand plaisir des fans de Led Zeppelin. Elles nous ont charmés par leur originalité et leur décor simple, mais

Université Laval en spectacle

Shayne Michael Thériault
© Frédérike Béland

chaleureux. Ce n’est qu’à la toute fin du spectacle qu’Antoine Grégoire-Slight a offert une performance touchante, tout en enregistrant en direct les accords de sa chanson Ton territoire. Cet étudiant en première année n’en était pas à sa première performance solo. Il avoue que l’énergie est différente que lorsqu’il joue en groupe et que c’est plus difficile, mais que c’est tout de même très plaisant. Étant donné la qualité des numéros présentés, le jury a tenu à remercier l’auteur-compositeur-interprète, qui semblait surpris par cette attention, pour sa prestation.

C’est donc sur cette note que cette huitième édition d’ Université Laval en spectacle s’est conclue, à travers les applaudissements donnés au comité organisateur, au jury et, bien sûr, aux nombreux artistes de cette finale enflammée.

Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *