Université Laval en spectacle : Une dixième édition enchanteresse

Écrit par
spectacle

C’est en toute intimité que la dixième édition d’Université Laval en spectacle s’est déroulée, le 15 mars dernier, à la salle Jean-Paul Tardif du Collège Saint-Charles-Garnier. Les neufs participants qui sont montés sur scène, ont livré une performance digne de leur talent.

Une animation charismatique

Les spectateurs ont eu droit à une animation charismatique. C’est sur un ton humoristique et léger que nos deux hôtes de la soirée, Thomas Bourgault et Priscilla Tremblay, étudiants au baccalauréat en communication, nous ont fait entrer dans l’univers mystérieux de « la forêt enchantée de l’Université Laval ». Pour une première animation, la complicité entre les deux animateurs était perceptible. Une aisance difficile à chambouler même lors d’un bref moment d’improvisation de la part des deux animateurs.

S’inspirer des contes de fées

La présentation de chacun des participants était rattachée à un conte, la plupart lié à l’univers merveilleux de Disney. Le spectacle s’est déroulé en toute fluidité. En effet, ce fût sans longueur ni précipitation que les participants ont su faire honneur, par leur talent, à la communauté artistique de l’Université Laval. Histoire après histoire, les numéros ont su nous transporter dans un univers tantôt humoristique, tantôt touchant.

L’intensité de la musique

La musique s’est vue à son état le plus pur parmi les performances uniquement instrumentales de la soirée. Deux d’entre elles se sont méritées une place au sein des gagnants. Il s’agit de Carlos Diaz Miranda, qui a remporté la troisième place, avec l’interprétation à la guitare classique de la pièce Inévitable. En seconde position on retrouve Sélia Kearns, qui a interprété au piano une de ses propres compositions, une pièce aux influences de jazz et aux nuances classiques. En plus de décrocher la deuxième place, Sélia a également conquit le cœur des spectateurs en remportant le prix du public.

Une première place bien récoltée

Avec sa composition Appelez-moi Georges, Rosemary Mc-Comeau a su conquérir le jury en remportant la première place. Accompagnée de son bassiste Carl Mayotte, la chanteuse a abordé le sujet de la transsexualité au travers une approche humoristique. C’est en comparant la chose à une tomate qu’elle a tenté de faire comprendre aux spectateurs ce que peuvent ressentir les personnes au prise leur problème d’identité sexuelle.

Clore le spectacle avec harmonie

Annabelle Doucet, a également pris part au spectacle. En prestation hors concours, elle a interprété plusieurs chansons populaires accompagnée de son guitariste Gabriel Cyr. Sa performance dynamique et suave soutenait son aisance sur scène. Une performance qui vient ajouter à l’équilibre de la dixième édition d’Université Laval en spectacle.


Crédit photo de l’image de couverture.

Révisé par : Malika Schneider

Catégorie de l'article:
CULTURE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *