Vélo à Tucson, Arizona – Première partie

Écrit par
Tucson

Il y a autant de raisons de vouloir voyager que le nombre d’êtres vivants présents sur notre planète. Que ce soit pour l’école ou dans le cadre du travail, se rassasier de notre envie de partir à l’aventure, revigorer le sens de la découverte, faire partie d’un groupe de voyage ou aller retrouver les membres de la famille; il existe toute une panoplie de bonnes raisons pour voyager.  

Ma copine Isabelle et moi avions pris la décision, huit mois auparavant, de s’aventurer à Tucson dans le but de gravir le mythique Mount Lemmon. Une ascension de 1 172 mètres sur une distance totalisant approximativement 42 kilomètres et un dénivelé moyen de 5 %, pour arriver au sommet à 2795 mètres d’altitude.

Tucson

Crédit photo : Marie-Claude Molnar

Tout une aventure

Prendre l’avion en transportant son vélo n’est pas quelque chose d’inconnu, avoir des correspondances non plus. Cependant, notre périple pour se rendre à Tucson a été toute une aventure en soi. Départ très tôt de Montréal, avec une escale à Chicago avant d’arriver à Tucson. Voilà un itinéraire qui, en apparence, n’est pas problématique. Cependant, c’est en arrivant à Chicago que les choses se sont corsées pour une seule et unique raison : nous avons manqué notre correspondance. Pourquoi? Il faut toujours s’assurer d’avoir le bon numéro de porte d’embarquement. Nous n’avions pas reçu le fameux bon numéro de porte et, par confiance, nous n’avions pas pensé à le vérifier.

Le prochain vol à destination de Tucson était seulement le lendemain, mais nous avions une réservation de voiture le soir même. Bref, après avoir passé quelques heures à discuter avec les agents du service à la clientèle, nous avons pu prendre un vol le soir même, avec une autre compagnie et nous avons pris possession de notre véhicule quelques minutes seulement avant la fermeture de l’entreprise de location de voiture.

Une fois nos vélos déballés, nous nous sommes élancées vers Arrivaca, un petit village à proximité de la frontière mexicaine : 74 kilomètres de désert et de cactus. Notre première impression est positive. Les automobilistes sont très respectueux des cyclistes et chaque route a une bande cyclable assez large afin de pouvoir rouler en toute sécurité.

 

Crédit photo de l’image de couverture.

Texte révisé par : Malika Schneider

Catégorie de l'article:
VOYAGE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *