Violence conjugale : savoir aider les hommes

Écrit par
violence homme

Voici des exemples de phrases que nous entendons régulièrement dans notre société où la vulnérabilité est reconnue comme une faiblesse. « L’homme est le chef de la famille et c’est lui qui mène ! Il pleure, c’est une «moumoune». Un homme, c’est  tough. »  L’homme subit une pression sociale importante qui lui dicte d’être solide en tout temps. Comment celui-ci arrive-t-il, dans ce contexte, à aller chercher de l’aide en cas de besoin ? Parce que oui, un homme peut avoir besoin de consulter.

L’association À cœur d’homme s’est intéressé tout particulièrement à cet aspect. Ce réseau regroupe 29 organismes communautaires autonomes, répartis dans la province, qui viennent en aide aux hommes auteurs de violence conjugale.

C’est sous la forme de discussion de groupe que ce réseau aide les hommes de 18 à 35 ans.

Pourquoi 18 à 35 ans ? Le ministère de la santé publique a publié un document en 2014 affirmant que cette tranche d’âge est la plus à risque de subir de la violence. Les 25 à 29 ans, quant à eux, sont plus régulièrement les auteurs de ces actes. La thérapie de groupe dure de 15 à 25 semaines et permet aux hommes d’échanger avec d’autres hommes vivant la même situation.

Ce sont des valeurs très humanistes qui guident les actions des intervenants. Afin de prôner l’exemple des rapports égalitaires, presque autant de femmes que d’hommes travaillent dans le réseau. Le plus grand défi pour ces derniers est de venir en aide à des personnes qui sont, pour la plupart, référées par le système institutionnel, c’est-à-dire par le réseau de la santé ou judiciaire.

L’agresseur est rarement porté à demander de l’aide contrairement à la victime. C’est donc avec difficultés et en voyant l’aide d’un mauvais œil dès le départ que les auteurs de violence conjugale intègrent l’association À cœur d’homme. Pour plusieurs, il n’y a pas de problème. « Il faut faire en sorte que l’auteur des actes se réapproprie sa demande d’aide » souligne Rémi Bilodeau, directeur général de l’association À cœur d’homme.

L’association arrive à subvenir à ses besoins financiers avec les moyens du bord. Le gouvernement contribue au financement de l’association grâce à son programme de soutien aux organismes communautaires et à son plan d’action en termes de violences conjugales, mais cela reste malgré tout un budget limité pour l’organisme.

Plusieurs organismes ont également un volet de prévention. Ils sensibilisent la population sous forme de kiosques, d’activités, de conférences dans les écoles, etc. Le lancement au début du mois d’octobre de la campagne Je m’affiche pour des rapports égalitaires est un bon exemple de prévention. Cette campagne a pour mission de permettre aux victimes, témoins, auteurs ou tout simplement à ceux qui ont la cause à cœur, d’afficher leur soutien.

Pour pouvoir afficher son soutien, plusieurs façons sont disponibles sur le site www.jemaffiche.org.  Une deuxième campagne de ce genre est d’ailleurs prévue l’année prochaine.

Pour toute aide ou informations supplémentaires :

À cœur d’homme – Réseau d’aide aux hommes pour une société sans violence

Tel : 418 660-7799

Sans frais : 1-877-660-7799

947, avenue Royale, bureau 135

Québec (QC) G1E 1Z9

Crédit photo de l’image de couverture.

Texte écrit par Esther Cloutier-Thomas et révisé par Bertrand Kanga.

Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *