Winter Warmer 2019 : Des bières qui réchauffent le sous-sol

Écrit par

Le mouvement « Je bois local » nous conviait à son 2e Winter Warmer dans le sous-sol de l’église St-Fidèle, à Limoilou, le 9 février dernier. Grands connaisseurs ou simples amateurs de bières étaient tous invités à venir découvrir des bières de microbrasseries typiques de l’hiver, celles qui sont plus gouteuses, plus généreuses en alcool et plus réconfortantes. Pour la première fois, l’événement affichait complet la semaine précédant l’événement, soit avant la fin de la prévente.

« Essaie celle-là, puis une autre! Qu’est-ce que tu aimes toi? Préfères-tu plus les stouts, les brunes, les sûres, les IPA, ou les triples belges ? », me demandaient mes amis dès mon arrivée. J’ai commencé ma dégustation avec l’assemblage d’une Imperial black IPA et d’une milkshake IPA à la mangue à 8%, la Raccango de la microbrasserie Le Naufrageur. L’arôme de mangue subtil, la texture onctueuse et l’amertume étaient présents dès ma première gorgée. Elle était bonne, mais il fallait en essayer d’autres. Ça tombait bien, j’étais présente pour cette raison et avec une quinzaine de dégustations à boire, pas le temps de me traîner les pieds. En général, connaisseurs ou débutants sont là pour la bière et aussi pour passer une agréable soirée entre amis. Le principe est simple. À l’arrivée, on reçoit un verre et une carte. Par la suite, on circule afin de découvrir les bières offertes aux différents kiosques en vue de faire notre choix. Notre petite carte reçoit alors un poinçon, on savoure, on rince notre verre et on recommence.

« Je bois local » est à la base une communauté d’amateurs de bières de microbrasseries désirant encourager les producteurs du Québec. Ils mettent en valeur le savoir-faire des artisans brasseurs en développant un fort sentiment d’appartenance envers leurs produits locaux par l’entremise d’événements tel le Winter Warmer. Cette année, une vingtaine de choix de bières étaient disponibles. Parmi les présents; le Griendel, La Barberie, La Boîte à Malt, Le Naufrageur, La Souche, Le Trèfle Noir brasserie artisanale, L’Espace Public, etc.

À 19h, la file était longue pour pouvoir goûter aux bières en casks, qui gagnent en popularité dans le monde de la microbrasserie. Le Noctem Artisans Brasseurs proposait La Luxure (10,5%), la Brasserie Générale, la SIR Popoli (13%) et La Korrigane, la Malgven, une Old Ale anglaise fumée (8%). Pour tout amateur de bière, le cask démontre le talent, la patience et l’expérience du brasseur. Le cask crée un univers de saveurs et d’expérimentations qui stimulent les papilles des dégustateurs des plus débutants aux plus connaisseurs!

Contrairement aux bières en fût qui sont poussées par du gaz carbonique, les bières en cask sont tirées par l’effet aspirant d’une pompe à main. La gazéification s’effectue par des bulles générées naturellement lors de la lente fermentation encore active au moment de percer le cask. Au moment de servir, le brasseur perce le baril à l’aide d’un maillet et d’un robinet prévu à cet effet.

Partenaire Hydro Québec du Carnaval de Québec, le Winter Warmer offrait une consommation supplémentaire à ceux possédant l’effigie. Monsieur Cocktail était aussi sur place, offrant son nouveau mélange La ponce du Carnaval (Gin Ungava, rhum épicé Chic Choc, sirop à bonhomme, eau chaude). Issue de recettes originales concoctées par un groupe d’artisans, il rappelle la légendaire ponce utilisée au Québec pour combattre la grippe. Personnellement, j’adore le concept de présenter un produit original comme celui-là dans le cadre du Carnaval de Québec et la froideur de l’hiver. Toutefois, à mon goût, j’ai trouvé le mélange un peu trop spécial en bouche.

Un tel événement offre la possibilité de découvrir un grand nombre de produits pour lesquels on n’aurait jamais pensé goûter normalement. Ainsi, certaines saveurs surprennent alors que d’autres un peu moins. Cette année, à titre personnel, c’est la Crise Existentielle, une bière sûre houblonnée et Le Vieux Loup, une Old bruin de La Souche qui m’ont envoutée, suivi de l’Imperial Brette Stout, de Sutton Brouërie, un stout impérial 100% Brett, chocolaté et avec une bonne dose d’amertume.

Malgré un début plutôt timide, l’ambiance s’est réchauffée au sous-sol grâce à  l’intéressante sélection de bières offertes. Les participants ont dansé sous le rythme des classiques proposés par le chanteur et musicien Samuel Jean. Toutefois, la chilling zone manquait légèrement de chaleur et l’ambiance revisitée promise était discutable. Cela reste tout de même un sous-sol d’église.

Après le Winter Warmer 2019 à guichets fermés, « Je bois local » annonce récidiver le 11 mai prochain avec une édition 100% IPA. Même endroit, même concept. Les amateurs de houblon seront attendus afin de découvrir des bières rafraîchissantes et amères.

Moi, ça me parle. Toi, tu y seras?

Catégorie de l'article:
ACTUALITÉ · ART DE VIVRE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *